:

     

01194

Gabriel Malfait...

Une authentique "figure" halluinoise.

(Photo n° 1194)

  

Gabriel Malfait...

Un Halluinois Pittoresque ! 

 

Gabriel Malfait est né le 27 mars 1922, et demeurait au 282, route de Neuville Halluin.

 

Qui à Halluin ne connaissait Gabriel ? A un point tel que bien peu de gens étaient capables de donner son nom de famille à savoir Malfait… « Gabriel », pour tout le monde, ce simple prénom suffisait pour reconnaître une authentique « figure » halluinoise :

 

 Sa bonne tête ridée comme une « vieille pomme », son sourire bon comme le pain, son œil plissé, pétillant de malice, sa « dégaine » particulière… faisaient le délice des photographes et  peintres, dont les portraits s’affichaient dans les expositions diverses.

 

En effet, promenant sa grande silhouette un peu voûtée, à pied ou à vélo, du Mont au Colbras, il était devenu, au fil du temps, un élément indispensable du paysage halluinois.

 

« Gabriel » toujours dynamique, pittoresque en diable, conteur, chanteur, roi de la fête foraine, son royaume de rêve, éveillait le rire des enfants, le sourire des parents, l’amitié de tous. Aussi, notre Halluinois ne comptait que des amis dans sa bonne ville, car il était toujours prêt à rendre service.

 

Le 22 octobre 1990, il était renversé par une voiture alors qu’il circulait à vélo rue de Lille. Il s’en sortait avec le nez cassé.

 

Malheureusement, quelques jours plus tard, le samedi 3 novembre au soir, il marchait le long de ce chemin du Billemont qu’il connaissait si bien. La nuit noire, un violent orage qui éclate, deux voitures qui se croisent… et c’est le drame, « Gabriel » est fauché par une voiture… Fauché par le destin, sans que la vitesse ou l’alcool soient en cause ; la faute à pas de chance, à un fâcheux concours de circonstances… Trop fâcheux…

 

Agé de 68 ans, Gabriel est décédé…La triste nouvelle se répand, dans la ville, comme une traînée de poudre.

 

« Gabriel » le désintéressé, celui qui était connu, et apprécié, de tous et toutes sans exception, rejoignait définitivement son ami Paul Beernaert (1928-1988). Pour l'anecdote,  ce dernier,  représentant des cycles Peugeot qui l'amena  à suivre la bagatelle de treize Tour de France, se faisait un devoir, tous les ans, de  payer à Gabriel Malfait un anniversaire de roi !

 

22/9/2011

Commentaire : Daniel Delafosse