:

Ent . Glorieux

BD4981

VDN.13/06/1964.BD4981

 

BD4982

VDN.03/06/1967.BD4982

BD2328                                                      NE.11/05/1969.BD2328

Eco.AL0001bis

Eco. AL0001: un atelier de l'usine Glorieux avec M.Ceriez

RP 10063 2

Ets Glorieux, le magasin de pliage et emballage.

Au fond Mr Albert Ceriez.

(photo n° RP 10063_2)

BD0840                             VDN.BD0840

03415

Les médaillés du travail aux Ets Glorieux.

(photo n° 03415)

  00585

Les Médaillés des Ets Glorieux en 1958.

Assis : Albert Ceriez, Zulma Vannieuvenheuse, Madeleine Vanwysberghe,

 Angèle Hostens, Henry Glorieux, JeanGlorieux, Angèle Dewerte, Simone David, M. Dujardin.

Au 2ème rang : Firmin Gombert, Léonard Vandels, Romain Vermeersch, Georges Dewerte,

Maurice Devoghele, Arthur Vercruysse, Julien Somers, Oscar Lemahieu, Alphonse Losfeld, M. Achery.

Au 3ème rang : Paul Lesage, Arthur Ducoulombier, André Denève, M. Rau, Valère Delbaert,

 Charles-Louis Lambrecht, Achille Vancoillie, Jules Deguffroy, Théodore Verstraete.

(Photo  n° 585) 

 

Ets Glorieux... Historique (1921 - 1984).

 

En 1921, sur le site de l'usine Duvillers et Motte, une importante draperie créée rue Saint-André est mise en vente. Les établissements Glorieux et De Pierrepont de Roubaix viennent s'y installer pour fabriquer du linge de maison.

 

M. Albert Glorieux en est le gérant, M. Augustin D'Halluin le directeur commercial, M. Cinqualbre le directeur technique. A cette époque on fabriquait du tissu pour pantoufles, des coutils et damassés pour literie, du linge de table en pur fil et en métis, ainsi que du linge de table personnalisé.

 

05861

 Atelier de bobinage aux Ets Glorieux Halluin.

(Photo n° 5861) 

 

A partir de ce moment, le linge sera personnalisé pour les hôtrels tels que "Le Grenier de Montmartre" à Paris, "L'Auberge de la Bohème", place du Tertre et d'autres hôtels en France. On travaille également pour la Compagnie de Navigation Mixte, la Compagnie Paquet, qui commandent le linge d'équipage et le linge de table pour les passagers et l'Etat-major, ainsi que la maison Abadie qui est loueur du linge hôtelier.

 

img141

La marque Le Geai (représentée à gauche) des Ets Glorieux Halluin.

(Photo ARPH DD 14334   n° Img 141)

 

En 1934, un incendie détruit l'une des usines Glorieux à Leers où l'on fabriquait du tissu éponge. La fabrication s'effectue un certain temps à Roubaix, mais en 1939, M. Albert Glorieux cède le département "Eponge" à ses neveux Henri et Jean Glorieux qui décident d'installer cette fabrication à Halluin. M. Jean Dujardin en devient le directeur commercial et dépose la marque Le Geai.

 

00976

 Dans les années 60, la maison Glorieux a fait l'acquisition d'une Dactyliseuse

qui révolutionna à l'époque la façon de lire les mises en carte et les cartons Jacquard.

En effet cette machine permettait en une seule opération le lisage et le piquage

des cartons Jacquard. Puis une machine repiqueuse permettait de reproduire

à l'infini d'autres cartons nécessaires.

(Photo n° 976)

 

Au début, les serviettes de toilette sont réalisées en "nids d'abeilles". On les fabrique ensuite en tissu éponge qui devient la principale activité des Ets Glorieux. A partir de 1977, la maison est reprise par Nydel, qui propose du linge de toilette personnalisé comme support publicitaire. Exemple : Caisse d'Epargne, Europe 1, l'Equipe, Air Afrique, d'Aucy, des grands couturiers comme Cacharel, etc... Cette originalité introduit ainsi un nouveau style de communication et ces serviettes éponge de qualité prolongent l'impact d'une campagne publicitaire, non seulement dans les hôtels mais sur les plages et sur les stades.

 

img124

 Linge de toilette personnalisé des Ets Glorieux Halluin.

(Photo ARPH DD 14335   n° Img 124)

 

Sur les conseils des stylistes, des dessinateurs adaptent ou créent les modèles au goût du jour ou de la clientèle ; ensuite intervient la mise en carte pour l'établissement des cartons Jacquard avant le tissage. La serviette éponge absorbante, résistante, reste néanmoins un article délicat à fabriquer. C'est pourquoi les pièces de deuxième choix sont vendues au poids d'où le surnom donné à la maison Glorieux "Au kilo".

 

img843

Messe en l'Eglise Saint-Hilaire, le 13 Juin 1964...

pour les Ets Glorieux Halluin.

(Photo ARPH DD 14337  n° Img 843)

(Pour agrandir, cliquez sur la loupe, en bas à droite) 

 

La fermeture ne peut être évitée en 1984. Elle sonne le glas d'une industrie textile de haut niveau qui s'était faite une place enviable dans le monde, et jouissait dans la commune d'une grande considération.

 

p1100037

Ancien bâtiment rénové des Ets Glorieux,

rue Gabriel Péri Halluin, en Novembre 2012.

(Photo DD 14338  n° p1100037) 

6/12/2012

Commentaire et photos : ARPH. Daniel Delafosse 

05860
Ets GLORIEUX, rue G.Péri : un groupe d'ouvrière.
             ( photo no 5860 )