:

Anciens combattants,résistants,prisonniers.

JM 591

Assemblée des anciens sous-officiers.

(photo n° JM 591)

JM 584

Une réunion d' anciens combattants de la guerre 1914/1918.

Au 2ème rang, à gauche : Albert Desmet.

(photo n° JM 584)

10699

Commémoration du 18ème anniversaire de l'armistice

par Mr Charles Vanoverschelde - maire -au monument aux morts.

(photo n° 10699)

 p1050285 

Monument aux Morts du Cimetière d'Halluin, 

dédié notamment aux Halluinois

Morts aux Colonies - Juin 2012.  

(Photo DD 12488  n° p1050285)  

(Pour un agrandissement instantané :

Cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

Les Halluinois "Morts pour la France"

aux Colonies.

 

Conquête de nouveaux territoires ou maintien de l’autorité française… 

Ils faisaient partie de l’armée active et ne sont jamais rentrés. 

 

 

p1030314

 Inscriptions des Halluinois 

"Morts pour la France" en Colonies, 

sur le Monument aux Morts - Cimetière 2012. 

(Photo DD 12440  n° p1030314) 

 

Parmi eux 8 soldats Halluinois ne devaient jamais revenir. 

 Leurs noms sont pour toujours gravés sur la pierre :

 

                              Pollet Henri - Cochinchine                                         

   Masselles Jean-Baptiste - Tonkin

     Volckaert Frédéric - Tonkin              

                  Pottie Louis-Paul - Madagascar                    

                  Hoornaert Ildevert - Madagascar                

                 Deroo Cyrille - Madagascar                            

      Logie Achille - Algérie                              

 Fiévez Arthur - Maroc                         

 

p1050283

Stèle de Arthur Fiévez

Mort au Maroc.

Cimetière Halluin - Juin 2012.

(Photo DD 12490  n° p1050283) 

 

p1050213 

Monument aux Morts, rue de Lille, Halluin - Juin 2012. 

(Photo 12474  n° p1050213) 

 

Le Monument aux Morts d'Halluin, situé rue de Lille,  

entretient la même mémoire que celui situé au Cimetière. 

 

15/6/2012. 

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

6181

Une assemblée générale d'anciens combattants au café les vieux amis, avec Jules Menet (debout).

(photo n° 6181)

6180

Une assemblée des anciens des armées d'occupation (AAO).

On peut citer entr'autres : A.Huysentruyt,P.Huysentruyt,R.Delafosse,J.Skolimowski,Faidherbe,Kesteloot, etc.......

(photo n° 6180)

6174

L'assemblée générale des passeurs et filiéristes.

(photo n° 6174)

 

p1010490

A droite : Monument aux Morts - Cimetière Halluin.

Vue sur l'Eglise du Mont (entrée rue des F. Martel) - 2010.

(Photo DD 12269  n° p1010490)

(Utilisez la loupe, à droite, pour agrandir

ou déplacer la photo à votre convenance).

 

Au cimetière d'Halluin, le monument central entretient la même mémoire que celui situé, rue de Lille. Ce monument, érigé à la mémoire des soldats halluinois morts pour la Patrie, fut inauguré le 13 octobre 1895. Des inscriptions évoquent les victimes des guerres du Second Empire, d’Italie, de Crimée et de 1870,  ainsi que celles d’Indochine (1947-1954).

 

La Guerre de 1870 - 1871....

et les Halluinois. 

 

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 est une guerre dont on parle peu. Elle a été supplantée par les deux guerres mondiales plus récentes et beaucoup plus meurtrières. De plus, la France a essayé d'effacer, d'oublier sa cuisante défaite.

 

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 est un conflit qui opposa la France et les états d'Allemagne sous la domination de la Prusse. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 fut une guerre courte (à peine six mois) qui se déroula de la mi-juillet 1870 jusqu'à la fin janvier 1871. toutes les batailles de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 eurent lieu en France sauf la première.

 

img565

Ouverture des hostilités franco-allemandes, en Août 1870.

(Photo DD 12277  n° Img 565)

 

La publication de la dépêche d'Ems par Bismarck déclenche la guerre franco-prussienne de 1870-1871. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 peut être divisée en deux périodes : la Guerre Impériale et la Guerre Républicaine (ou de la Défense Nationale).

 

La période impériale de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 d'une durée d'un mois et demi environ vit la perte de l'Alsace, l'invasion de la Lorraine, et le siège de la ville de Metz. La désastreuse bataille de Sedan, tournant de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, amena la chute de l'empire et la proclamation de la République. Pendant cet épisode de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, l'armée de Paris eut à subir le siège de la ville ainsi que son bombardement. Les armées de province essayèrent de dégager la capitale et de couper les lignes d'approvisionnement de l'armée allemande. La guerre franco-prussienne de 1870-1871 prit fin avec la capitulation de Paris. le 28 janvier 1871.

 

img566

Le 28 Mars 1871 : Proclamation de la Commune,

devant l'Hôtel de Ville de Paris.

(Photo DD 12278  n° Img 566)

Décisions importantes de la Commune :

 Vote la séparation de l'Eglise et de l'Etat,

 la proclamation de la laïcité, la gratuité de l'enseignement.

 

A la suite du traité de paix de Francfort, qui met fin à la guerre franco-prussienne de 1870-1871, signé le 10 mai 1871, la France perd l'Alsace (sans Belfort) et d'une partie de la Lorraine (avec Metz), intégrées à l'empire allemand en tant que "territoires d'empire". De plus, cinq milliards en francs or devaient être payés par la France, une armée d'occupation devant rester sur une partie du territoire jusqu'au versement complet de la somme. Après la guerre franco-prussienne de 1870-1871, Napoléon III s'exila en Grande-Bretagne où il rejoignit sa famille.

 

p1000224

Le Monument aux Morts érigé en 1895 : 

Cimetière Halluin - Janvier 2009.

(Photo DD 12283  n° p1000224)

(Utilisez la loupe, à droite, pour agrandir

ou déplacer la photo, à votre convenance).

 

p1030312

 Inscriptions des Halluinois

sur le Monument aux Morts - Cimetière.

(Photo DD 12267  n° p1030312)

 

14 Halluinois « Morts pour la France ».  

 

Le Monument aux Morts érigé au Cimetière d’Halluin rappelle aussi le souvenir et les noms de ses « enfants » partis pour cette guerre franco-prussienne. 

 

Parmi eux 14 soldats Halluinois ne devaient jamais revenir. Leurs noms sont pour toujours gravés sur la pierre. 

 

Carette Auguste 

Catteau Charles-Louis 

Delattre Jules 

Dhalluin Charles-Louis 

Delattre Victor-Charles 

Derveaux Auguste 

Frenoy Désiré 

Lagae Jean-Baptiste 

Lemay Richard-Joseph 

Leplat Henri-Joseph 

Montagne Henri-Joseph 

Macelles César-Joseph 

Olivier Paul-Joseph 

Vantomme Victor

 

03261

 La Société des Anciens Militaires, avant la guerre de 1914.

Certains d'entre eux sont nés en 1840, et ont fait la Guerre de 1870.

(Photo n° 3261)

 

14/5/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

 p1030309

A droite au fond : Monument aux Morts - Cimetière Halluin.

Allée principale (entrée carrefour rue Pasteur) - Novembre 2011.

(Photo DD 12270  n° p1030309)

(Utilisez la loupe, à droite, pour agrandir

ou déplacer la photo à votre convenance).

 

Au cimetière d'Halluin, le monument central entretient la même mémoire que celui situé, rue de Lille. Ce monument, érigé à la mémoire des soldats halluinois morts pour la Patrie, fut inauguré le 13 octobre 1895. Des inscriptions évoquent les victimes des guerres du Second Empire, d’Italie, de Crimée et de  1870,  ainsi que celles d’Indochine (1947-1954).

 

Les Guerres de Crimée, d'Italie...

et les Halluinois. 

 

p1020146

Monument aux Morts - Cimetière Halluin - Mai  2011. 

(Photo DD 12257  n° p1020146) 

 

La Campagne de Crimée (1854-1856). 

 

La guerre de Crimée est la conséquence de la volonté de Napoléon III de diviser la coalition née de l’Europe du Congrès de Vienne (1815). Elle résulte de l’affaiblissement continuel de la Turquie, « l’homme malade de l’Europe », dans la première moitié du XIX° siècle et des ambitions du tsar Nicolas 1er. Ce dernier rêve de démanteler l’Empire Ottoman afin de s’assurer un protectorat sur les peuples slaves des Balkans. Il espère également annexer Constantinople et les Détroits (Bosphore et Dardanelles) pour contrôler l’accès à la Méditerranée.

 

En 1853, Le tsar invoque le premier prétexte venu, la préférence donnée par le Sultan aux moines latins sur les moines orthodoxes pour la protection des lieux saints, pour adresser un ultimatum à l’Empire Ottoman. Le sultan refuse de se soumettre au protectorat russe. Nicolas 1er fait alors entrer ses troupes dans les provinces roumaines de l’Empire Ottoman (Moldavie et Valachie).

 

L’Angleterre, qui voyait dans les ambitions russes une menace sur la « routes des Indes », se décide à intervenir en faveur de la Turquie et entraîne sans difficulté la France dans le conflit. Selon les historiens Serge Berstein et Pierre Milza, « Napoléon III voit à l’entreprise un triple avantage : elle lui offre, à peu de frais estime-t-il, la gloire militaire dont le régime a besoin pour se consolider. Elle lui permet de briser l’isolement diplomatique qui a suivi la proclamation de l’empire (...). Elle constitue enfin un moyen d’amoindrir l’influence de l’une des puissances qui garantissent l’ordre restauré en 1815 ».

 

En Septembre 1854, les Alliés (France, Angleterre, Piémont-Sardaigne) débarquent un corps expéditionnaire franco-britannique (185 000 hommes) à Varna sur  la mer Noire.

 

img562

Le rude hiver de 1854-1855, en Crimée.

Un prisonnier Russe (type asiatique),

gardé par des soldats anglais.

(Photo DD 12276  n° Img 562)

 

Le maréchal français Achille Leroy de Saint-Arnaud installe ses hommes devant Sébastopol. Commence alors l’interminable siège de la ville : Les alliés hivernent dans une région désertique, marécageuse et malsaine, battue par les vents etla neige. Les hommes, mal équipés, souffrent des rigueurs du froid et des fatigues des travaux de tranchée. De plus, le choléra (qui emporte Saint-Arnaud) le typhus et la dysenterie frappent les soldats sous-alimenté en raison des défaillance de l’intendance.

 

C’est l’hécatombe : Après un an de siège (Sébastopol se rend le 9 septembre 1855) on compte 20 000 hommes tués au combat ou morts de leurs blessures, 75 000 décès dans les hôpitaux et au cours des épidémies, 12 000 évacués en urgence...

 

La paix est signée à Paris le 30 mars 1856. Le tsar renonce à tous ses « privilèges » sur l’Empire Ottoman et sa flotte perd l’accès à la Méditerranée. Côté français, le traité de Paris couronne le triomphe de Napoléon III : il peut renouer avec la gloire impériale de son oncle ; La France vient de briser son isolement diplomatique et de redorer son prestige. Mais à quel prix !

 

La Campagne d'Italie (1859). 

 

Le congrès de Paris, qui fit suite à la guerre de Crimée, contenait en germe l'intervention de la France en faveur de l'Italie pour libérer les provinces occupées par l'Autriche. Celle-ci prit l'initiative des opérations en avril 1859. Napoléon III dirigea personnellement les opérations bien qu'il n'ait jamais été préparé à ce rôle. L'élan des soldats suppléa à l'insuffisance du commandement.

 

Magenta et Solférino furent des batailles de rencontre, imprévues pour les deux adversaires ; les combats seront acharnés, les pertes élevées de part et d'autre et les succès dus en grande partie à la "furia francese". Après Solférino, attentifs aux conseils de modération de la Russie et aux menaces de la Prusse, Napoléon III proposa la paix à l'empereur d'Autriche François-Joseph. L'Autriche perdait la Lombardie ; Nice et la Savoie étaient rattachées à la France au grand déplaisir des nationalistes italiens qui refuseront pour la plupart leur soutien à la France en 1870.

 

img563 

Les Français sur la route de Milan, en juin 1859.

Un détachement de zouaves face aux Autrichiens.

(Photo DD 12277  n° Img 563)

 

1859 : Guerre d'Italie, entreprise en coopération avec le Piémont pour sauvegarder l'indépendance de l'Italie menacée par l'Autriche. — Déclaration de guerre à l'Autriche (3 mai). — L'armée française entre en Italie, combats de Montebello (20 mai), de Palestro (31 mai), succès des Français. — Victoire de Magenta remportée par les Français (Mac-Mahon) sur les Autrichiens (4 juin). — Entrée des Français à Milan (8 juin). — Victoire des Français (Baraguey d'Illiers) à Solferino (24 juin). — Signature des préliminaires de paix à Villafranca (17 juillet). Ils sont suivis du traité de Zurich qui met fin à la guerre et attribue une partie de la Lombardie à Napoléon III qui l'abandonne à Victor-Emmanuel.

 

1860 : Annexion à la ville de Paris de sa banlieue ; division de la Capitale en vingt arrondissements (ler janvier),Traité de Turin, par lequel Victor-Emmanuel cède à la France la Savoie et le comté de Nice (qui formeront les départements de Savoie, Hte-Savoie, Alpes-Marit,). 

 

p1030311

Inscriptions sur le Monument aux Morts 

Cimetière - Halluin - 2011. 

(Photo DD 12268  n° p1030311) 

 

18 Halluinois « Morts pour la France ». 

 

Le Monument aux Morts érigé au Cimetière d’Halluin, rappelle aussi le souvenir et les noms de « ses enfants » partis pour la campagne de Crimée (1854-1856) et d’Italie (1859). 

 

Parmi eux, 18 soldats Halluinois ne devaient jamais revenir. Leurs noms sont gravés sur la pierre pour toujours. 

 

Castelain Henri-Joseph 

Dumont Louis-Désiré 

Desmaitres Charles-Henri 

Dumortier Adolphe-Auguste 

Drouart Vital-Joseph

Dupont Léopold-Joseph 

Graye Victor-Joseph 

Lamblin Pierre-François 

Leplat Henri-Joseph 

Lemont David-Joseph 

Lamblin Simon 

Macelles Jean-Baptiste 

Millescamps Auguste-François 

Pollet Jean-François Joseph 

Poblomme César Edouard-Joseph 

Pétiaux Louis 

Rousseau Charles-Louis 

Vandierdonck Louis-Joseph.

 

 

Une Halluinoise et la Cour de Russie.

 

 img554 

Devanture Tabac Delafosse, 

rue de la Gare en 1904. 

(actuellement "Le Longchamp").  

(Photo DD 12272  n° Img 554) 

 

 Ancien combattant de la guerre de 1870, père de 13 enfants, Nicolas Delafosse, originaire du Cher, s'est installé à Halluin en 1900, comme Receveur Buraliste, rue de la Gare. Sa fille aînée, Thérèse, fut notamment gouvernante chez un Prince Russe de la Cour du Tsar Nicolas II. 

 

img553

En 1920, Thérèse Delafosse (après son retour de Russie),

 et son père Nicolas Delafosse (1843 - 1927),  

devant leur habitation, rue de la Gare Halluin. 

 (Photo DD 12271  n° Impg 553)

 

img561

Voyage en Russie du président de la République française,

Raymond Poincaré, en juillet 1914.

Il est accueilli par le tsar Nicolas II.

(Photo DD 12275  n° Img 561)

 

12/5/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

img168

Mme Yolande Vanackère Veuve Graye,

reçoit la Médaille de la Résistance,

et la Croix du Combattant volontaire,

en Mairie d'Halluin - Mai 1986.

(Photo DD 12163  n° Img 168)

 

 Mme Yolande Vanackère, veuve Graye, a hébergé des résistants durant la guerre 1939-1945. Durant la période d'occupation, au côté de son mari d'alors et au sein du réseau "Bordeaux-Loupiac", Julien Vandekerkhove, elle multiplia les actes d'héroïsme sans que jamais la peur ne l'effleure, est toujours aussi vaillante.

 

Il y a aussi cette histoire que Yolande n'oubliera jamais : cette lettre de dénonciation qu'elle a longtemps caché chez elle, derrière un compteur, pour échapper aux perquisitions avant de la confier à la Libération au comité d'épuration :

 

"C'est un postier de Tourcoing, M. Lucien Lamouche, qui l'a interceptée. Elle était adressée à la kommandatur et cela lui a paru suspect. Il l'a ouverte. On m'y accusait de cahcer des résistants. Je sais bien qui est à l'origine de cette lettre. A la libération, le comité n'a rien pu faire, la personne avait pris soin de ne pas l'écrire à la main"... confiait-elle en mai 1986, alors qu'elle recevait la Médaille de la Résistance et la Croix du Combattant Volontaire.

 

7/5/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse