Open menu

Recherche avancée

 

02455

02978

 

 

Eglise St Hilaire d'Halluin : Le baptême des cloches eut lieu en 1920,

 à gauche : "Marguerite Marie" et à droite : "Marie Ursule Reine".

 Les cloches sont recouvertes d'une robe de baptême

 et fleuries de bouquets pour la cérémonie.

(Photos n° 2455, 2978)

 

La Cloche de l’Eglise Saint-Hilaire d’Halluin,

baptisée le 13 Juin 1920.

 

Une des trois cloches se trouvant dans le clocher de l’Eglise Saint-Hilaire d’Halluin, la moyenne « Marguerite Marie » a été offerte par les paroissiens d’Halluin. Elle remplace « Marie-Ursule » et « Claire » qui ont été enlevées par les occupants. En effet, pendant la guerre, les Allemands, comme les révolutionnaires autrefois, confisquèrent les cloches pour récupérer le bronze.

 

Au cours de la descente, la corde se rompit et la grande cloche de 1 200 kg se brisa en heurtant le sol, en formant un cratère de 35 cm de profondeur. 

Sur la robe de la cloche « Marguerite-Marie »  est inscrite : « Puis-je chanter les triomphes du Sacré-Cœur dans cette paroisse qui lui est consacrée ». Elle donne le FA.

Cette cloche a été baptisée le Dimanche 13 Juin 1920. Elle avait été coulée le 1er Vendredi du mois de Juin 1920 et pèse 850 kg. La cérémonie s’est déroulée en présence de Mgr Cyr Carton (Halluin 1845 – Lille 1926), doyen archiprêtre de Saint-Pierre – Saint-Paul de Lille. Monseigneur Carton était originaire d’Halluin.

Cette cloche reçut comme parrain M. Georges Antoine Joseph Defretin, mutilé de guerre (1883-1959) fils de Paul Pierre Defretin ancien Maire et de Flore Marie Nutte. 

La marraine, fut choisie parmi les veuves de guerre. Elle perdit dans les bombardements déments du 15 Mars 1918 :

Son mari Charles-Louis Deceuninck (1869 – 1918) Fils de Léon et de Marie-Anne Lambert.

Ses enfants, Cyrille âgé de 18 ans (1900 – 1918)

                    Suzanne âgée de 13 ans (1905 – 1918)

                    Hélène âgée de 11 ans (1907 – 1918)

                    Marthe âgée de 4 ans  (1913 – 1918) 

Il ne restait plus qu’un seul fils Augustin (1902 – 1926) alors âgé de 16 ans. Augustin ne reçut que quelques éclats sans gravité.

La mère Octavie Sophie Bauwens (1873 – 1945) fille de Auguste et de Lucie Vanassche ne fut que légèrement blessée par des petits éclats et, est restée aveugle pendant plusieurs jours suite à des brûlures au visage.

Pour la petite histoire, la petite cloche « Claire » fut bénie en 1906. Au XVIe siècle, l’église possédait un carillon composé de cinq éléments. 

En 1794, sous la Révolution, les cloches furent enlevées et fondues à Lille pour en faire des canons. Il fallut attendre 1832 pour que la paroisse retrouve deux cloches toutes neuves dédiées à Sainte Marie et à Saint Hilaire.

10/12/2010

Commentaire et photos  : ARPH -  Daniel Delafosse