:

Guerre 39 – 45

JM 361

Septembre 1944, fête et défilé de la libération.

(photo n° JM 361)

JM 422

Libération de la ville d'Halluin en septembre 1944.

Le jeune garçon posant pour la photo est Donat Saint Venant

(photo n° JM 422)

 

JM 695

(photo n° JM 695)

 

JM 404

(photo n° JM 404)

JM 399

(photo n° JM 399)

JM 362

(photo n° JM 362)

JM 400

(photo n° JM 400)

Septembre 1944,quelques photos de la libération de la ville d'Halluin,

les troupes britanniques traversent la ville rue de Lille, et reçoivent un accueil enthousiaste.

JM 358

Septembe 1944, la libération d'Halluin par les troupes anglaises.

Ci-dessus, un char anglais, rue de Lille.

(photo n° JM 358)

  

Prince Philips Maman 1994 7887227831456844307 n

A côté du Maire d'Halluin Alexandre Faidherbe, 

Réginald James Smith (béret vert) et John Webster (Médailles)soldats britanniques

présents à Halluin en 1944... et pour le 50ème anniversaire de la Libération.

Ils sont entourés de collectionneurs d'uniformes, de véhicules alliés,

et (au centre) de Marie-Antoinette Delafosse-Danset

(Ancienne Présidente des Madelons d'Halluin), le 11 septembre 1994.

(Photo DD 13576  n° Img 348)

 

Venus du Royaume-Uni... de 1944 à 1994.

Récits parus dans la Presse locale en 1994. 

 

Ils sont de passage à Halluin, à l’occasion du cinquantenaire « Ils », ce sont deux Anglais venus à Halluin en deux occasions différentes.

Le « premier » se nomme Réginal James Smith de la 42ème division, sergent d’intelligence, et il est le dernier anglais à avoir quitté la base de Roncq le 14 mai 1940. Il venait de North-Tyneside, en passe d’être jumelée en 94 avec Halluin.

Coiffé du béret vert qu’il portait en 1940, il arrivait tout droit de North-Tyneside, pour apporter, avec un savoureux accent anglais, le témoignage de son passage dans notre ville :

 

« Ma connaissance des alentours commençait le 29 avril 1940, quand mon détachement de l’armée britannique était établi au château Lagache, à Roncq. 

Notre séjour dura 16 jours avec quelques petites visites agréables à Halluin… 

Le 10 mai votre monde était bouleversé, le mien aussi. Nous étions réveillé au son des bombes et du bourdonnement de beaucoup d’avions.

Nous ouvrions la radio pour apprendre que les Allemands avaient envahi la Hollande et la Belgique. De notre bureau nous pouvions voir une rougeur et des grandes vagues de fumée noire.

C’était l’aérodrome de Wevelgem en feu. Quatre jours après nous quittions le château pour la Belgique, mais pas pour longtemps. Trois jours après nous étions à Orchies et sur la défensive…

 

En quittant Roncq, il ne se doutait pas que la guerre serait aussi longue et aussi terrible…

Ni que plus d’un demi-siècle plus tard, il appellerait avec humour, les jeunes Halluinois à ne pas oublier :

« Que les générations, pour lesquelles ces mémoires ne sont que des contes de grand-père, auront le bon sens à bien écouter et en déduire la moral ».

 

Réginald Smith qui faisait partie de l’Intelligence Service est (en 1994) âgé de 80 ans. Journaliste retraité, il fut le dernier anglais à quitter Halluin et Roncq.

 

Prince img304 1

Réginald Smith et son béret vert, à sa gauche John Webster,

et Alexandre Faidherbe Maire d'Halluin,

pour le 50ème anniversaire de la Libération d'Halluin, 

le Dimanche 11 septembre 1994.

(Photo VdN DD 13575  n° Img 304)

 

Le « second » Allié et Ecossais se nomme John Webster, âgé de 71 ans et vient de Gillingham, au sud de l’Angleterre, malgré le sang écossais qui coule dans ses veines. Directeur de collège secondaire en retraite, il garde en mémoire cette avancée qui le fit déboucher à Halluin.

 

C’était Le 6 septembre 1944 et il était agent de transmission dans une unité écossaise. Son épouse travaillait aussi dans les transmissions, dans la Navy…

 

Une résistance très enthousiaste.

 

« Nous remontions de Bretagne, Montgomery avait fait une sorte de poche et les journalistes anglais se demandaient pourquoi il ne foutait pas tout de suite les Allemands à la porte.

Mais Montgomery plutôt que d’amener les Allemands dans une situation féroce leur a laissé la possibilité de s’échapper et d’épargner les populations civiles. Les grandes routes de Falaises et d’Argentan jusqu’à la Belgique étaient pleines de ruines allemandes. Notre brigade était en avance sur la division écossaise mais en une journée nous n’avions parcouru que 25 km.

La résistance était très enthousiaste et cela créait un bouchon énorme de camions allemands incendiés ».

 

Une promenade de santé.

 

« Pour progresser plus vite mon chef de brigade envoya une équipe qui parlait le français pour dénicher les routes secondaires. J’ai trouvé que c’était très dangereux et en fait c’était remarquable, une promenade en auto pour le chauffeur et moi !

 

Nous avons passé la Seine et atteint Saint-Pol en un jour. J’ai passé les champs de bataille de la première guerre à toute vitesse. Jamais je n’ai osé le dire à mon père, lui qui a progressé au même endroit de 200 m en quatre ans ! Les oiseaux chantaient. Nous devions rejoindre Courtrai et avons passé Lille par l’ouest.

 

La ville attendait un régiment, on était deux.

 

Prince 07309

Char anglais, rue de Lille Halluin, le 6 septembre 1944.

(Photo 7309) 

 

 Prince p1080575

Au même endroit en septembre 2012.

(Photo DD 13577 n° p1080575)

 

« A un moment j’ai vu une barrière, j’ai pensé que c’était le chemin de fer. J’ai dit à « Joc » étrange il n’y en a qu’une. En fait nous étions à la frontière d’Halluin.

 

C’était le 6 septembre 1944 à 3 h du matin et en trois minutes, la rue était remplie de monde dans le centre ville. Je me suis retrouvé comme un joueur de rugby dans la mêlée. Ils criaient « vive les Anglais », alors qu’on aurait voulu qu’ils n’oublient pas les Ecossais…

 

Prince 02966

 Les Halluinois accueillent, dans la liesse, les soldats britanniques

à leur arrivée, le 6 septembre 1944.

(Photo n° 2966) 

 

Mon passage à Halluin était émouvant, on a ri beaucoup. Les Halluinois s’attendaient à plein d’infanterie et de chars et ont vu arriver un petit moi, dit-il dans un français improvisé, charmant, et le conducteur de la jeep en reconnaissance dans le secteur.

 

Prince 03018

A l'angle de la (future) rue de la Libération et de la rue de Lille,

face au Monument aux Morts d'Halluin...

Des Halluinois entourent les soldats britanniques, le 6 septembre 1944.

(Photo n° 3018)

 

Prince p1080480

Au même endroit, en septembre 2012, soit 68 ans plus tard. 

(Photo DD 13515  n° p1080480)

 

Nous voulions traverser la Lys, mais le pont étant détruit, nous avons rejoint Courtrai (B) par le chemin du halage le long de la rivière.

Sur la place de Courtrai, il y avait les résistants français, et les Chemises Blanches célébraient la libération de la ville, que j’ai pu annoncer à la radio. Alors nous sommes repartis discrètement à Halluin.

 

Le lendemain nous étions à Bruxelles, mais un autre bataillon, plus prestigieux, était attendu avant nous… » raconte cet écossais qui passa à Halluin voici 50 ans, l’espace d’une heure et demie… mémorable.

 

Prince img429 1

John Webster et Réginald Smith présents à Halluin en 1944... et 50 ans après en 1994,

entourés de Guy Desreveaux et Bertrand Vangaeveren (à droite) de l'UNC.AFN d'Halluin.

(Photo NE DD 13565 n° Img 429)

 

Ils seront tous les deux présents le Dimanche 11 septembre 1994

lors des manifestations officielles de ce 50ème anniversaire.

 

 9/9/2012 - 16/4/2021

Commentaire et Photos :  ARPHalluin - Presse -Daniel Delafosse

 

 

p1020781

Monument aux Morts - Cimetière Halluin en 2011.

Mémorial des Victimes des Guerres de 1870 à 1954.

(Photo DD 13478  n° p1020781)

 

img902

Bulletin Halluinois" du 15 Septembre 1944.

(Photo DD 13568  n° Img 902)

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez sur la loupe et ouvrez le lien).

 

Mémorial des Victimes de la Libération

 et de la Déportation.

Cimetière d'Halluin - 2012. 

 

p1020779

(Photo DD 13476 n° p1020779)

p1020780

(Photo DD 13477 n° p1020780)

 

p1020768

Henri Deceuninck.

(Photo DD 13468  n° p1020768) 

p1020769

Emile Verhoye.

(Photo DD 13469  n° p1020769)

 p1020770

Georges Vanlaere.

(Photo DD 13470  n° p1020770)

 p1020771

Walter Dumoulin.

(Photo DD 13471  n° p1020771)

 p1020774

Marcel Vyncke.

(Photo DD 13472  n° p1020774)

 p1020776

Marthe Nollet.

(Photo DD 13473  n° p1020776)

 p1020777

Maurice Simono.

(Photo DD 13474  n° p1020777)

 p1020778

Charles Windels.

(Photo DD 13475  n° p1020778)

p1020775

(Photo DD 13579  n° p1020775) 

 

p1010155

Mémorial des Victimes de la Libération d'Halluin

et de la Déportation - Novembre 2009.

(Photo DD 12168  n° p1010155) 

 

9/9/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

p1060214

Monument aux Morts, rue de Lille Halluin.

Juillet 2012.

(Photo DD 13489  n° p1060214)

 

p1060215

(Photo DD 13501  n° p1060215)

 

p1060216

(Photo DD 13502  n° p1060216)

 

p1060213

Août 2012, rue de Lille Halluin...

Voirie rénovée pour le passage de la "Liane". 

(Photo DD 13490  n° p1060213)

 

p1040815

Carré du Commonwealth - Cimetière Halluin - 2012.

(Photo DD 13578  n° p1040815)

 

p1040957

Stèles anglaises Guerre 39-45  Cimetière Halluin en 2012. 

(Photo DD 12428  n° p1040957) 

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

 

p1020784

Sépulture de M. Gaston Petit

Maire d'Halluin de 1941 à 1944.

Cimetière d'Halluin - 2011.

(Photo DD 13573  n° P1020784)

 

Durant la Guerre 39-45, M. Gaston Petit qui était le Président de la Délégation Spéciale en 1939, devient officiellement Maire d'Halluin en octobre 1941.

 

A son décès le 23 janvier 1944, c'est son Premier adjoint Joseph Wanquet qui lui succède le 25 janvier 1944 jusqu'au 25 septembre 1944.

 

 

p1020786

Sépulture de M. Joseph Wanquet

Maire durant la Libération en septembre 1944.

Cimetière d'Halluin - 2011.

(Photo DD 13574  n° p1020786)

 

A la Libération de la Ville, la Délégation Spéciale emmenée par le Maire Gaston Petit, puis le nouveau conseil municipal nommé par le gouvernement de Vichy et l'Etat français en 1943 ont laissé place à une délégation municipale pluraliste représentant toutes les sensibilités patriotiques locales.

 

Par arrêté préfectoral en date du 26 septembre 1944, le communiste Gustave Casier est nommé Président de la nouvelle Délégation Municipale jusqu'au 14 mai 1945.

 

Les membres qui composent cette délégation sont : Dereus Charles, Myngers Albert, Veranneman Achille, vice-présidents, Amez Robert, Lenez Victor, Rousseau Arthur, Mme Dujardin Monique, Mittenaere André, Delafosse Henri-France, Verkindère André, Parmentier Henri, Decraene Joseph, Vandekerkhove Julien, Huyghe Constant, Delattre Etienne, Bekaert Marcel, Verkindère Gérard, Detaevernier Pierre.

 

 Elle émane largement du Comité local de Libération. Celui-ci constitué dans la clandestinité dès le second semestre 1943, apparaît publiquement à l’ancienne mairie, rue de l’Eglise, en septembre 1944.

 

Il comporte notamment des hommes comme Gustave Casier, Charles Dereus (Président), Gérard Verkindère, Albert Myngers. André Verkindère remplacera ce dernier dans la délégation municipale, Albert Myngers ayant été nommé au Comité départemental de Libération.

 

A noter, par ailleurs, que pendant toute cette période 1939-1944, Stéphane Dubled, secrétaire général de mairie et Edouard Penasse receveur municipal, tous les deux proches de la municipalité d’avant 1939, ont assuré leur tâches de gestion et tenu administrativem ent la mairie.

 

8/9/2012.

Commentaire : Daniel Delafosse

 


img180 

Rue de la Gare en 1907.

(Photo DD  n° Img 180)

img126

Rue de la Gare vers 1930.

(Photo DD 13566  n° Img 126)

img172

Rue de la Gare, dénommée rue Marthe Nollet, en Décembre 1944.

(Photo DD 13567  n° Img 172)

Une Résistante Halluinoise...  Marthe Nollet.

Récit paru dans la presse locale.

 

img513

(Photo DD 13500  n° Img 513)

 

Le 20 décembre 1944, à la Libération, le conseil municipal d'Halluin décide d'honorer les héros et les martyrs de la résistance locale. Parmi eux, une femme : Marthe Nollet abattue froidement le 2 septembre 1944.

Plusieurs rues halluinoises rappellent le souvenir des victimes de la seconde Guerre mondiale. Elles portent les noms d'Arthur Dennetière, Maurice Simono, Charles Windels, Henri Deceuninck, Emile Verroye, Michel Danset, Polydore Delaere, Marcel Vyncke, Georges Vanlaere, Walter Dumoulin...


Engagée volontaire des Forces Françaises Libres de l'Intérieur,  Marthe Nollet, née à Halluin le 17 janvier 1912, faisait partie de la Résistance, depuis plusieurs années, et assurait la liaison avec l'organisation de Tourcoing, sous les ordres du Capitaine Cuvelier. Elle a perdu la vie le 2 septembre 1944 alors qu'elle était en service commandé.


Elle fut achevée de deux balles tirées à bout portant dans les yeux par un officier allemand face à l'abattoir de Tourcoing . La jeune femme avait 32 ans et appartenait au réseau La Voix du Nord.

 

Patriote, Marthe Nollet voulut contribuer efficacement à la libération de son pays, et fut une des premières victimes des combats de la Libération de notre ville.

 

C'est l'ancienne rue de la gare, l'une des principales artères du centre conduisant à l'Hôtel de ville, qui porte son nom depuis décembre 1944, date à laquelle le conseil municipal d'Halluin, conduit par Gustave Casier, renomme plusieurs rues de la ville.

 

p1020776

Stèle de Marthe Nollet au Cimetière d'Halluin.

(Photo DD 13473  n° p1020776)

 

« Hélas dans ce sublime combat, la France a perdu les plus héroïques, les plus purs de ses enfants, qui acceptèrent le sacrifice ultime pour que vive leur patrie, pour que la liberté s'épanouisse dans un monde d'où seraient bannis les fascistes, les hitlériens et les trusts fomentateurs de guerre.

Les grands morts de notre pays, dont les noms sont déjà légendaires ; les héros de notre région, les fiers combattants de notre cité qui se sont intégrés dans cette guerre de libération de la Patrie, nous commandent de léguer leur impérissable souvenir... » indique la délibération de l'époque.

Une trentaine de rues halluinoises seront renommées.

 

04010

Entrée de la rue Marthe Nollet, au carrefour de la rue de Lille.

Années 1970 - 1980.

(photo n° 4010)

img992

Rue Marthe Nollet Halluin en 1994 et la Mairie (à droite).

(Photo Mairie DD n° Img 992)

p1080490

 Carrefour rue de Lille et Marthe Nollet (en face) - Septembre 2012.

(Photo DD 13506 n° p1080490)

p1080496

(Photo DD 14674  n° p1080496)

p1080497

Rue Marthe Nollet Halluin -  4 septembre 2012. 

(Photo DD 13524  n° p1080497)

p1080498

A l'intersection des rues Marthe Nollet et 11 Novembre 1918 Halluin. 

(Photo DD 13523  n° p1080498)

p1080501

Rue Marthe Nollet - 4 septembre 2012.

(Photo DD 13525  n° p1080501)

p1080500

Nouveau pavage trottoir Mairie d'Halluin,

 face à la Place De Gaulle - 4 septembre 2012.

(Photo DD n° p1080500)

p1080502

Rue Marthe Nollet Halluin (à gauche Mairie),

 4 septembre 2012. 

(Photo DD 13526  n° p1080502) 

p1080928

Rue Marthe Nollet... direction le Centre Ville - septembre 2012.

à droite : la rue Jean Fiévet. 

(Photo DD 14677 n° p1080928) 

p1080664

Rue Marthe Nollet à hauteur de la rue Maurice Simono (à droite).

puis du CCAS M. Schumann et la salle de Sports A. Faidherbe.

(Photo DD 14672  n° p1080664)

p1080665

Appartements : Brassens, Brel, Ferrat, Ferré, Piaf (à gauche)

rue Marthe Nollet Halluin - 9 septembre 2012.

(Photo DD 14675  n° p1080665)

p1080270

A gauche : la salle de Sports Alexandre Faidherbe - 24 Août 2012.

(Photo DD 14680  n° p1080270)

p1080927

Rue Marthe Nollet... Direction le Centre Ville -  septembre 2012.

(Photo DD 14676  n° p1080927)

(Pour un agrandisssement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

7/9/2011 et 21/1/2013.

Commentaire et Photos : Daniel Delafosse

 

 

img162

"La Voix du Nord" du 5 septembre 1944.

(Photo DD 13561  n° Img 162)

(Pour agrandir, utilisez la loupe).