:

Athlétisme

 

p1050784

Meeting International d'Athlétisme Halluin, 27 Juin 2012.

Piste Jean Wadoux. 

(Photo DD 12655  n° p1050784)

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

p1050785

(Photo DD 12656  n° p1050785) 

p1050787

(Photo DD12659  n° p1050787) 

p1050792 

 (Photo DD 12658  n° p1050792)

p1050786

(Photo DD 12660  n° p1050786)

p1050788

(Photo DD 12661  n° p1050788)

p1050791

(Photo DD 12657  n° p1050791)

28/6/2012.

 

 

p1000653

Meeting International d'Athlétisme Halluin, 1er Juillet 2009.

Piste Jean Wadoux. 

(Photo DD 12651 n° p1000653)

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

p1000644

(Photo DD 12652  n° p1000644) 

p1000639

(Photo DD 12653  n° p1000639) 

p1000646

(Photo DD 12654  n° p1000646)

p1000643

(Photo DD 12662  n° p1000643)

p1000647

(Photo DD 12663  n° p1000647)

p1000651

(Photo DD 12664  n° p1000651)

p1000659

(Photo DD 12665  n° p1000659)

 

27/6/2012.

 

0781707818

Une équipe de l'athlétisme halluinois.

(photos n° 07817-07818)

6156

Les foulées halluinoises, avec Alain Mimoun.

(photo n° 6156)

0767307674
Un groupe de l'athlétisme halluinois, en fête.....

(photos n° 7673-7674)

img523

En 2002, Benoît Z...

aux Foulées Halluinoises.

(Photo DD 08507 n° Img 523) 

 

 Benoît "Z"... Champion de France

et Recordman d’Europe du Marathon. 

 

Le 13 octobre 1996, pour la première fois, un Halluinois s’imposait sur le parcours des « Foulées Halluinoises ». A l’âge de 20 ans Benoît Z, diminutif qui arrange bien ceux qui ont la hantise d’écrire Zwierzchiewski, né le 19 août 1976 à Mouscron (Belgique) est effectivement le pur produit de l’Athlétisme Halluin Val de Lys.

 

C’est Ghislaine Décatoire, l’épouse de Bernard Décatoire actuel responsable des Foulées Halluinoises, qui avait repéré le petit Benoît lors de l’annuel cross des écoles.

 

La suite on la connaît : le jeune athlète halluinois qui remportait le Figaro en cadets, a écumé toutes les catégories d’âge pour devenir une vedette de l’athlétisme, au point d’être sacré, par exemple, champion de France seniors du 10 000 m alors qu’il était encore … juniors.

 

Son palmarès est impressionnant… Plusieurs titres de Champion et Recordman de France en Juniors et Seniors. 

 

Vainqueur également du Marathon de Paris en 2002. Il est toujours co-détenteur européen du marathon (2e du Marathon de Paris en 2003) avec un temps de 2 h 6’ et 36’’ (l’autre recordman étant le portugais Antonio Pinto). 

 

Depuis plusieurs années, l'ancien halluinois est affilié au club d'athlétisme de la Ville de Marseille. En 2009, il a remporté la 1ère édition du Marathon de Marseille en 2 H 25' 50".

 

9/10/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

00069

Honneur aux jeunes athlètes halluinois, vers 1968-69...

en compagnie des responsables de l'U.H. Athlétisme.

  de gauche à droite : Marcel Décatoire, Michel Debévère,

 Christian Deroubaix,  X , Patrick Thorez, Bernard Décatoire,

 Alain Décatoire, Carpentier, Antoine Delsalle, Gilbert Beils.

 (photo n° 69)

 

Marcel Décatoire...

 Fondateur des Foulées Halluinoises. 

 

Nous avons appris, le décès de Marcel Décatoire, jeudi 10 Février 2011, à Menin (B), dans sa 90ème année ...  C'est un pionnier de l'athlétisme halluinois qui s'en va ainsi, emportant avec lui quantité de souvenirs et d'heures glorieuses, que ce soit au stade Hildevert Wancquet ou dans les rues de la cité frontalière.

 

Marcel Décatoire était  le fondateur des Foulées Halluinoises qui connaissent une formidable popularité.  Amoureux de sa ville, grand supporteur de l'athlétisme,  M. Décatoire avait donc contribué au développement de cette épreuve sur route qui rassembla les plus grands noms de l'athlétisme européen et mondial.  Il fut aussi, pendant vingt ans, président de l'Athlétisme Halluin-Val de Lys (AHVL).

 

Homme discret, mais d'une compétence hors-norme, il avait aussi entraîné, Bernard, son fils, dans son sillage, ce dernier étant, maintenant, l'un des rouages essentiels du club halluinois. Bon sang...

 

M. Décatoire était Médaillé de Bronze de la Jeunesse et des Sports, et il avait reçu la Médaille de la Ville d'Halluin.

 

Les funérailles de Marcel Décatoire seront célébrées ce lundi 14 Février 2011, à 10 h 45, en l'église Saint-Hilaire d’Halluin, suivies de l'inhumation au cimetière de la ville..

 

13/2/2011. 

 

Les Foulées Halluinoises

 et ses Prémices...

 

Depuis 1975, date de la création des « Foulées Halluinoises » par M. Marcel Décatoire, et comme chaque année, le peloton bariolé des As est attendu avec grande impatience, en ce deuxième dimanche d’octobre 2010.

 

Les athlètes s’élanceront pour en découdre tout au long du parcours halluinois de 10 km, exigeant mais tellement sélectif que les lauriers de la victoire ne peuvent s’offrir qu’à un authentique champion.

 

Aussi, dans la famille Décatoire, on est passé maître en matière d’organisation. Pour être plus précis, Marcel a transmis à son fils la passion de l’athlétisme, et Bernard (ancien international sur le 1 500 m)  a repris depuis vingt-cinq ans, le relais de son père, pour ce qui est du suivi des Foulées halluinoises.

 

L’entraîneur actuel du club d’athlétisme local précise : « Les Foulées, ce n’est pas que l’affaire de Bernard… car tout seul, je ne pourrais pas monter un tel truc. Je sais pouvoir m’appuyer sur un comité. Maintenant, chacun a sa fonction et sait où aller ».  

 

L’idée de ce rassemblement dans les rues de la ville, est partie d’une histoire simple, mûrie au cours d’une rencontre sportive. En 2004, Bernard Décatoire (professeur d’éducation physique, entraîneur et vice-président du club d’athlétisme d’Halluin) raconte volontiers l’édifice érigé par son père, qui était en 1975, président du club halluinois :

 

« J’avais 13 ans. J’étais allé courir au marathon de Sedan-Charleville « la classique » des courses hors stade en France ». C’est le début des années soixante-dix et la compétition, encore rare dans son style, est de bonne renommée. Mon père m’accompagnait et il a été sidéré de voir le monde qu’il y avait dans les rues ! C’est toujours difficile de remplir un stade avec de l’athlétisme, et la solution était là : il fallait apporter l’athlétisme à la porte du public ».

 

Comme dans la ville où elle a germé, l’idée a immédiatement séduit. Ainsi avec l’accord de la municipalité, notre club décidait de mettre également en place une course sur route, avec une poignée de fidèles : Michel Debévère, Jean Montagne, Antoine Delesalle, Jean-Pierre Derous, Jean Rampteau, André Wattremez, André Rampelberg, Lucien Lecluse,  René Huyghe, Norbert Mittenaere, Alexandre Faidherbe, Gilbert Beils, Jean-Marie Gevaert... les premières Foulées Halluinoises prenaient vie en 1975 ».

 

Avec surtout la volonté du club, les sociétés locales, les commerçants et artisans halluinois, l'appui historique du quotidien "La Voix du Nord - La Voix des Sports" notamment le journaliste local Raymond Vancoillie, qui depuis la première édition fait rayonner ce magnifique événement, mais aussi les relations et connaissances de Marcel Décatoire (négociant en vin)…

 

 En 1974, ne le répétez pas à personne, les Halluinois avaient trouvé la vérité dans la bière… N’en déduisez pas que le président et son équipe se soient adonnés aux plaisirs de Bacchus. Mais c’est tout de même grâce à une marque de bière belge que les foulées avaient, d’entrée de jeu, regroupé les meilleurs athlètes.

 

Et donc, pour la première participation, Marcel Décatoire réussit à faire participer le Belge Emile Puttemans, détenteur de quelque douze records du monde en salle, quatre records mondiaux sur piste (5 et 10 000 mètres) et médaillé olympique… et en contrat avec la dite marque de bière !  Les noms se sont ensuite succédés… et attirent un public de plus en plus nombreux, au fil des ans.

 

De courses en courses, les foulées se forgent une réputation internationale, des athlètes venus d'Europe, d'Afrique, d'Asie, d'Amérique, et toutes « les  pointures » de l’athlétisme s’y déplacent : Alain Mimoun, médaillé olympique en 1956 à Melbourne, Colette Besson, médaillée olympique à Mexico en 1968 etc… « C’est bien simple, le seul à ne pas être venu c’est le nordiste Michel Jazy (ancien médaillé olympique et recordman du monde), mais sa période était un peu passé », ajoute Bernard Décatoire.

 

Depuis la première édition, de très nombreux athlètes ont foulé les rues halluinoises, en commençant par Bernard Décatoire, lui-même, qui, aujourd’hui, les organise : « Je me souviens de ma première course. J’ai dû terminer six ou septième. C’était dur… ».

 

Une des dernières qui restera à jamais gravée dans sa mémoire est celle de 1996. En effet, cette année-là, le Dimanche 13 Octobre, pour la première fois, un Halluinois s’imposait sur le parcours des « Foulées Halluinoises ». A l’âge de 20 ans Benoît Z, (diminutif qui arrange bien ceux qui ont la hantise d’écrire Zwierzchlewski), né le 19 août 1976 à Mouscron (Belgique), le pur produit de l’Athlétisme Halluin Val de Lys, l’emporte devant les têtes d’affiche étrangères.

 

« C’était noir de monde à Halluin, toutes générations confondues. La ville entière le portait dans ses encouragements : C’était un peu comme si le vainqueur du Tour de France remportait le titre dans sa ville natale ! »

 

Pour l’anecdote, rappelons que c’est Ghislaine Décatoire, l’épouse de Bernard Décatoire  qui avait repéré le petit Benoît lors de l’annuel cross des écoles. 

 

Et Bernard Décatoire se souvient, également, de l’année où son fils Nicolas se classe premier chez les jeunes amateurs : « C’était très émouvant, glisse Emmanuelle, sa sœur aînée, Après mon grand-père et mon père, la victoire de Nicolas était un peu comme le symbole d’une continuité ».

 

En dépit du poids des préparatifs (le dernier mois… beaucoup de stress, des coups de fil jusque très tard le soir, des inscriptions à régler, de l’organisation à revoir), cet héritage conduit la tribu Décatoire à renouer chaque année avec l’organisation des foulées. Leur récompense, ils ne la cherchent pas sur le podium. « Pour moi, c’est la joie du public qui compte », livre Bernard.

 

Sans rappeler que cette pression, il la partage avec un fidèle « noyau dur » depuis la naissance de la manifestation. 

 

Un modèle qui a su évoluer...

 

A  l'origine, les "Foulées Halluinoises" étaient un peu une référence. "C'était l'époque où on faisait un peu figure de précurseurs, approuve l'organisateur halluinois. "La part du gâteau était importante car il n'y avait pas beaucoup de clubs qui osaient organiser des épreuves sur route. Depuis ça a évolué et ce n'est plus pareil, et pour séduire, il faut des opportunités.

 

L'une des premières opportunités que nous avons saisies, c'est de faire évoluer la distance pour la rendre plus lisible avec une course de 10 km, ce qui permet de faire vivre un label tout en préservant ce fameux parcours en huit qui en fait sa spécificité et fait vibrer les spectateurs qui se déplacent d'un point à l'autre pour mieux apprécier le spectacle...

 Au fil des années, nous avons toujours eu la volonté de montrer les athlètes à la portée des gens, c'est notre priorité..."

 

En ce mois d'octobre 2010, près de 650 athlètes et amateurs participeront aux 35èmes Foulées Halluinoises, et seront encadrés par une cinquantaine de bénévoles, ainsi que l'apport du personnel municipal. Pour les organisateurs de cet évènement, il faut compter six mois de préparation intensive (la logistique, les contacts avec les ligues, le transport et l'organisation des animations). Le budget mobilisé s'élève largement à 30 000 euros.

 

Ghislaine et Bernard Décatoire sont respectivement présidente et vice-président du club d'Athlétisme Croix-Vallée de la Marque, depuis une quinzaine d'années. Bernard Décatoire est également la cheville ouvrière du meeting international d'athlétisme d'Halluin, qui se déroule depuis 16 ans, au stade Hildevert Wancquet.

 

9/10/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse