:

Culture

 

P1460441 

Gonzague Saint Bris (1948 - 2017).

(X DD 15910  n° P1460441)

 

Le Décès d'un Homme de Culture...

 

Né le 26 Janvier 1948 à Loches (Indre-et-Loire), Gonzague Saint Bris

est décédé le 8 Août 2017 à Saint-Hymer (Calvados), à l’âge de 69 ans.

 

Autodidacte, Journaliste, Ecrivain, Animateur de radio et TV, Directeur de magazine et Chroniqueur, il a mené pendant près de quarante ans des actions culturelles diverses. 

Il est l’auteur d’une cinquantaine de livres, de récits historiques et de biographies, notamment celles d'Alfred de Musset et de François 1er. En 2002, son roman "Les Vieillards de Brighton" (Grasset) avait été couronné par le prix Intérallié.

Gonzague Saint Bris était le fondateur du festival littéraire gratuit et ouvert à tous "La Forêt des Livres" à Chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire), qui reçoit chaque dernier dimanche d’août 150 auteurs dans un village forestier de 150 habitants, en avant-première à la rentrée littéraire.

 

P1460445

Ecrivain et biographe, Gonzague Saint Bris était régulièrement invité à la radio et à la télé.

(DD 15911  n° P1460445)

 

Gonzague 9782246635116 T

Prix Intérallié en 2002.

(DD 15917  n° gonza)

 

Gonzague 9782246752516 T

(DD 15918  n° gonza)

 

Fondateur de "La Forêt des Livres"...

 

Lafort 1des reference

Gonzague Saint Bris, lors de l'édition 2010, 

entouré de journalistes et écrivains bien connus des télespectateurs. 

(X DD 15912  n° lafo)

 

Gonzague Saint Bris ur image article large

Gonzague Saint Bris reçoit Line Renaud, en Août 2013.

(X DD 15916  n° gonza)

 

Lafort 2 hd 1

En 2015 : Le vingtième anniversaire de la création du festival.

(X DD 15913  n° lafo)

 

chateau de chanceaux fdl 2011 philippe maille13

Le château de chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire).

(X DD 15915  n° chât)

 

Lafort 4 sans titre

Programme de l'Edition 2017...

(X DD 15914  n° lafo)

 

Pour tout savoir sur l'Edition 2017, le 27 Août :

du "Woodstock de la littérature" :

http://www.laforetdeslivres.com/ 

9/8/2017

Commentaire et Photos : Presse - Daniel Delafosse

 

20170711 NE Biblio vidos revue de presse

Publication "Nord Eclair" le 11 Juillet 2017.

(NE DD 15578  n° 201707)

12/7/2017

 

(Photo Mairie DD 28727  n° Img 763)

 

Publication "La Voix du Nord"

le 14 Décembre 2016.

(Photo VdN DD 28728  n° 161214)

 

17/12/2016

 

 

 

(Photo n° 3966)

 

Récit Journal "Nord Eclair" du 26 Mars 2015.

 

Maud Le Coq vient de publier son tout premier recueil intitulé « Nouvelles du bord de la falaise ». Dont une fortement inspirée de sa jeunesse passée à Halluin.

En décembre 2013, vous avez remporté le premier concours jedeviensecrivain.com. De quoi s’agit-il ? « C’est un concours organisé par la librairie numérique Carrefour. Il fallait envoyer une nouvelle, soumise aux votes des internautes, puis à Maxime Chattam, le parrain du concours. J’ai été très surprise et émue de l’emporter puisqu’il y avait énormément de participants de qualité. »

Comment ce recueil est-il né ? « Le premier prix du concours était la publication d’un recueil de huit nouvelles. J’ai écrit « Nouvelles du bord de la falaise », qui a été publié à 4 000 exemplaires à la fin de l’année 2014. Écrire une nouvelle est un exercice qui demande beaucoup d’énergie. »

D’une passion pour l’écriture, vous êtes en train de faire un métier... « J’écris depuis toujours, mais le chemin est très long avant de vivre de sa plume. Disons qu’aujourd’hui je m’y consacre à 100 %. »

Quel a été votre parcours avant ? « J’ai fait des études de commerce à Roubaix. J’ai été commerciale, puis je me suis orientée vers la communication, sur Paris. J’ai aussi enseigné le français au Danemark. »

Dans votre recueil, une nouvelle est intitulée A la frontière. Vous êtes-vous inspirée de votre enfance entre Mouscron et Halluin ? « Tout à fait. C’est un petit hommage à cette région si mal connue dans le reste de la France. Avec ce statut de frontalier très particulier, le fait de vivre entre deux pays, deux cultures, deux langues, et même deux monnaies hier, tout cela crée une certaine souplesse et ouverture d’esprit qu’on ne trouve pas ailleurs. »

C.E.S. Robert Schuman, rue de Lille Halluin, en 1968.

(Photo DD 13807  n° Img 030)

 

Quels souvenirs gardez-vous de cette époque ? « Je me souviens des gens d’Halluin, quand j’étais collégienne à Robert-Schuman, de personnes très accueillantes. Ma mère, mon oncle, ma tante, mon cousin, ma cousine y vivent encore. »

Avez-vous d’autres projets en cours ? « Je mets actuellement la touche finale à un roman policier que je vais proposer aux éditeurs. Par la suite, j’aimerais revenir sur le thème de la frontière. »

Dans ce recueil, vous racontez des destins de femmes qui basculent. Le vôtre aussi est en train de basculer, mais du bon côté de la falaise... « Oui, et je me réjouis de ce qui m’arrive. Être édité est très difficile, c’est une grande chance. »

Zoom

Huit destins de femmes, qui basculent vers la folie. C’est ce moment, où ces femmes se tiennent au bord de la falaise, ne sachant pas s’il faut faire un pas en avant ou en arrière, cet instant où tout bascule que Maud Le Coq a choisi de décrire dans son recueil « Nouvelles du bord de la falaise ». Au fil des pages, avec un style accrocheur, elle nous fait croiser une working girl au chômage, une petite fille (trop) sage, une fan d’un chanteur d’un télé-crochet... Une jolie réussite.

« Nouvelles du bord de la falaise », aux éditions Ipanema, 192 pages, 12,90 €.

 

Voir aussi : Vidéo...

http://www.dailymotion.com/video/x272pyy_maud-le-coq-laureate-jde-2013-nous-en-dit-plus-sur-le-prix-nolim-2014_webcam

 

2/10/2015

8150

Dans les locaux de 'svp lecture'.-

(photo no 8150-ad) 

 

 

Isabelle Adjani, Patrice Chéreau, Virna Lisi, lors de la présentation de la "Reine Margot"

au Festival de Cannes en Mai 1994.

(Photo x DD 18691  n° Img 265)

 

Dédicace de Patrice Chéreau à votre serviteur,

 lors du Festival de Cannes en Mai 1994.

(Photo DD 18693  n° Img 267)

 

Hommage à Patrice Chéreau.

 

Décédé le 7 octobre 2013 à l'âge de 68 ans, Patrice Chéreau était l'un des maîtres de la scène européenne depuis plus de quarante ans.

Comédien, metteur en scène de théâtre d'opéra et réalisateur, Patrice Chéreau a été salué par le président de la République François Hollande comme "l'un des plus grands artistes français, de dimension universelle qui faisait partout dans le monde, sa fierté".

Ses obsèques auront lieu ce mercredi 16 octobre à 11h30 en l'église Saint Sulpice à Paris.

 

La Montée des Marches pour l'équipe du film "La reine Margot",

 au Festival de Cannes, le 11 Mai 1994.

Au centre de la photo,3ème rang de gauche à droite, on aperçoit les acteurs du film :

(en cravate) Julien Rassam, Jean-Hugues Anglade, Patrice Chéreau le metteur en scène (caché)

devant Bernard Verley (de dos), Isabelle Adjani (de profil) devant Pascal Greggory (de profil),

et légèrement derrière : Philippe Douste-Blazy Ministre de la Culture.

(Photo DD 18692  n° Img 266)

 

Jean-Hugues Anglade (Charles IX), Daniel Auteuil (Henri de Navarre),

et Isabelle Adjani (Marguerite de France dite "la reine Margot").

Ce film obtiendra au Festival de Cannes 1994, le Prix du Jury

et le Prix d'interprétation féminine pour Virna Lisi,

ainsi que le Golden Globes 1995 du meilleur film étranger et 7 César du cinéma français en 1995.

(Photo x DD 18690  n° Img 264)

 

Dominique Blanc (Henriette de Nevers) dans "La reine Margot", a obtenu 

pour ce rôle le César du meilleur second rôle féminin, en 1995.

On se souviendra, qu'en 1992, Dominique Blanc tourna à Halluin,

dans le film "Faut-il aimer Mathilde" avec notamment le regretté Paul Crauchet.

(Photo DD 18694  n° P1140443)

 

15/10/2013

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

IMG 9307

9307

IMG 9308

9308

IMG 9309

9309

IMG 9310

9310

 IMG 9311

9311

 IMG 9312

9312

 IMG 9313

9313

 IMG 9314

9314

 IMG 9315

9315

 IMG 9316

9316

 IMG 9318

9318

 IMG 9317

9317

CHIL 8974

8974

CHIL 8975

8975

CHIL 8976

8976

CHIL 8977

8977

CHIL 8978

8978

CHIL 8979

8979

 CHIL 8962

8962

 CHIL 8963

8963

 CHIL 8964

8964   Hardy

 CHIL 8965

8965   Laurel

 CHIL 8966

8966 DE Gaule et ?

 CHIL 8967

8967

CHIL 8950

8950

CHIL 8951

8951

CHIL 8952

8952

CHIL 8953

8953

CHIL 8954

8954

CHIL 8955

8955

 CHIL 8944

8944

 CHIL 8945

8945

 CHIL 8946

8946

 CHIL 8947

8947

 CHIL 8948

8948

 CHIL 8949

8949

VOIR : CHILOT 26

 05415

Années 1950.... Quelques membres de la "Lyre Halluinoise" 

devant le café "Aux Vieux Amis".

M. Jules Descamps (4e à partir de la droite). 

(Photo n° 5415) 

 

Le décès de M. Jules Descamps

(1928 - 2012).

 

Né à Halluin le 28 août 1928, M. Jules Descamps est décèdé à Tourcoing, le 2 octobre 2012, dans sa 85ème année. Il était un pilier de la Lyre Halluinoise depuis plusieurs décennies.

Ses Funérailles se dérouleront le Lundi 8 Octobre 2012 à 9h30, en l'église Saint-Hilaire Halluin (centre).

 

img421

La Lyre Halluinoise lors d'un concours,

 à Lille, le 14 Octobre 1990.

Dernier rang, 2e à partir de la droite : Jules Descamps.

(Photo LH DD 13856  n° Img 421)

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

 

 img424

Janvier 1992 : La "Lyre Halluinoise" lors d'un concert,

 en l'église Notre-Dame des Fièvres Halluin.

(Photo Mairie DD 13823  n° Img 424)

img071

Concert de la "Lyre Halluinoise" le 20 octobre 2001,

à la Salle du Manège, rue Jacquard Halluin.

On aperçoit au dernier rang ,1er à droite, Jules Descamps.

(Photo  Mairie DD 13824  n° Img 071) 

 

 img346

M. Jules Descamps, en septembre 2000, en compagnie

de gauche à droite : Germaine Descamps, sa soeur,

Mmes Dumortier et Delafosse.

(Photo DD 13822  n° Img 346)

 

Hommage de la Lyre Halluinoise...

à son fidèle serviteur, pour 60 années

 de bons et loyaux services. 

 

Lors des Funérailles...

 par le président de la Lyre Xavier Descamps : 

 

Lorsque l’on évoque un grand serviteur de l’état, chacun sait ce que cela signifie.

Jules, que nous appelions amicalement Julot depuis toujours, a été un grand serviteur de la Lyre.

Dès son plus jeune âge, sous les voûtes de St Hilaire, il accompagnait de sa voix pure d’enfant, tous les offices, fêtes religieuses, mariages et décès, ensuite quand il était membre du Lutrin, la chorale de cette paroisse. Puis, Julot a passé 60 années au sein de notre chœur d’hommes.

Sa voix exceptionnelle de ténor a résonné dans bien des salles, bien des églises lors de nombreux concerts.

Mais, Julot ne servait pas la Lyre de sa seule voix. Durant des décennies, il a été membre de son comité directeur, et durant près de 20 années, a fait office de trésorier, de secrétaire, de gestionnaire.

De son écriture soignée, il remplissait les formulaires, les registres, qui sont aujourd’hui des pièces d’archives. Ses livres de comptabilité, dont il avait fait sa profession, alignaient sans défaut, des chiffres parfaits, lisibles, et bien sûr toujours exacts.

Retraité et disposant de temps, il était également le lien permanent entre les membres actifs et le comité de nos membres d’honneur. Chacun savait que Julot serait là, que Julot avait fait, que Julot n’oublierait pas, que Julot avait déjà préparé, enregistré, envoyé, signé. Chacun savait que le travail était fait, et bien fait.

Julot, avait du caractère, c’est sûr. Julot, avait un sacré caractère, c’est sûr aussi. Mais comme les hommes de cette trempe, Julot était fidèle, Julot était présent, Julot était efficace. Il avait aussi un humour assez fin, souvent au second degré et plein de charme.

Lorsque Germaine n’a plus pu se débrouiller seule, peu à peu Julot a dû se montrer moins disponible, afin de se consacrer à sa sœur ainée, qui vivait avec lui, dans cette maison de la rue Joseph Hentgès, où ils avaient grandi, et qu’ils se prenaient encore à nommer rue Turbigo.

 

L’ordinateur a remplacé la machine à écrire, les mails ont remplacé les fax, les banques envoient leurs relevés par internet, les virements et les comptes se gèrent depuis chez soi. Cela ne plaisait pas vraiment à Julot. Sans doute, les belles rondes, les pleins et les déliés lui manquaient-ils trop. Julot a cessé ses fonctions de trésorier après avoir épaulé deux présidents, puis a quitté le comité de la Lyre.

Et puis, est venu l’âge, puis la maladie. Julot a arrêté de chanter, presqu’arrêté de sortir. Germaine est partie… Julot aurait peut-être voulu revenir chanter, mais la santé lui a fait défaut.

Chaque année, il aimait à fêter son anniversaire avec ses amis, dans un bon restaurant, et il les gâtait merveilleusement à cette occasion. Il a dû renoncer à ça aussi.

Ce que nous gardons de Julot, c’est un peu tout cela. C’est surtout l’amitié, la présence, la fidélité, tout ce qui fait qu’en plus de dire qu’il était un grand serviteur, nous avons à lui dire, nous voulons aussi lui dire :

Merci.

 

img440

La Lyre Halluinoise  en l'église Saint-Hilaire

Concert Sainte-Cécile en 2006 :

2ème rang, 4ème à partir de la droite : Jules Descamps.

1er rang au centre : Xavier Descamps Président

et Michel Jakobiec Chef de la Lyre.

(Photo LH DD 13908  n° Img 440) 

 

5/10/2012 et 16/10/2012. 

Commentaire : Daniel Delafosse

 

07688
Fête organisée par l'Union Nationale des Anciens Combattants
et  la douane, au profit des colis aux prisonniers et veuves de
guerre. Juillet et Août 1942     ( photo no 7688 )
05990
En 1937, dans la salle du cercle catholique, le ballet   " les Bretons"
 donné par les filles de l'atelier du piqurage du couvent de la Sagesse,
sous la direction de Soeur Ange. 
                   ( photo no 5990 )