:

Vie associative

02985

Le Cercle Saint-Joseph, situé rue de Lille, vers 1920/1930.

(Photo n° 2985)

 

Le Cercle Saint-Joseph d'Halluin...

Historique. 

 

La société « Saint Joseph » commença vers 1836. Primitivement, c’était une réunion d’amis qui se tenait le dimanche chez M. Opsomer.

La société prospéra de plus en plus et bénéficiera de la maison que Pierre Lepoutre légua à la ville d’Halluin, par testament du 19 juin 1857, à charge pour la société de faire célébrer chaque année un obit solennel, le jour de la Saint-Joseph.

 

Chaque année, les membres du billard Saint Joseph avaient leur banquet, le menu était illustré de photos de personnalités.

Il y a eu trois clubs de billard à Halluin. Le billard club Saint Joseph, le plus ancien, le rétro club de la Maison du Peuple qui n’eut que peu d’années d’existence et le billard club de l’Union, fondé en 1945, et qui fêta ses 60 années d’existence en 2005.

 

La nouvelle salle du Cercle Saint-Joseph en 2006

16 septembre 2006 : grande fête rue Emile Zola. On inaugure la salle municipale du cercle Saint-Joseph. Anciens du cercle et membres des associations utilisatrices sont accueillis dans des locaux pimpants pour un temps de détente, de loisir, de rencontre, de convivialité et de culture. Une renaissance…

 

Le cercle Saint-Joseph fait partie de l’histoire d’Halluin. Un acte notarié atteste, en 1857, le don d’une salle à la Société Saint-Joseph. Elle n’a jamais été une salle paroissiale.

On se retrouve dans ce cercle familial, notamment le dimanche soir, au cours de parties de cartes, de ping-pong ou de billard. Les années passent. Le bâtiment demande un entretien qu’on n’a pas les moyens d’assumer. Les responsables du cercle, dont Patrick Tierrie, cherchent une solution.

 

Après quelques soucis pour identifier le propriétaire, qui n’est donc pas l’évêché, la ville rachète les locaux pour le franc symbolique. Elle entreprend des agrandissements, des transformations, des modernisations et des embellissements. Et elle donne le nouvel ensemble aux Halluinois, à travers l’Association de gestion Saint-Joseph.

 

Ouverte cinq soirées par semaine et le dimanche matin, la salle accueille les passionnés de bourloire : environ soixante-dix personnes, dont la moitié de femmes. Les deux pistes ne désemplissent pas. La superbe salle de billard voit défiler une trentaine d’amateurs avertis ou de compétiteurs chevronnés.

La nouvelle salle sauve un club existant depuis soixante ans, mais qui n’avait plus de local. Les tournois de cartes reprennent. Le club des aînés, environ cent quarante membres, organise des soirées cartes, scrabble ou autres, mais aussi des activités de couture, de tricot, ainsi que des repas dansants.

On entrevoit l’accueil de clubs de pétanque et de tir à l’arc. L’espace existe. Le bar n’est pas le but premier de l’ouverture.

 

L’essentiel est de se rencontrer et de bien s’amuser ensemble : on est dans un cercle, pas dans un café !

 

 20/9/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

020180201902020020130201402015

Cortèges des Allumoirs d'Halluin :

 Années 1957, 1958,  1959,  1964,  1965,  1966. 

 (photos n° 2018, 2019, 2020, 2013, 2014, 2018)

 

La Fête des Allumoirs… Origine. 

 

La fête des allumoirs marque l’arrivée de l’automne et le retour des soirées à la lumière des lampes.

On attendait la fin de la ducasse de Mouvaux, le dernier lundi de septembre, pour donner le départ des réjouissances à Roubaix et Tourcoing.

Ce n’était pas rien, la fête des allumoirs d’autrefois. Une sorte de kermesse où chacun prenait son plaisir. Les fabriques chômaient trois jours et jusqu’à une semaine entière.

 

Le grand moment c’était le cortège à la nuit venue. Les enfants se servaient de pots de terre cuite ou bien creusaient des betteraves et des citrouilles. Ils plaçaient dedans du « carbon de fau », c’est-à-dire des braises de bois de saule qu’ils saupoudraient de grains d’encens.

 

Au moment où le cortège se mettait en route, on allumait la braise de ces sortes de lanternes appelées des « énonces » ou des « cafotins ». Les gamins et les gamines balançaient les « énonces » au bout d’une corde pour entretenir le feu et parfumer leur passage.

 

Ils chantaient à qui mieux mieux :

 

« Vive les allumoirs

Pour ouvrer du soir

Vive les cafotins

Pour ouvrer du matin ».

 

Dans les deux villes et dans les villages tout autour, les tisserands « à l’otil » ne reprenaient le travail à la lumière de la lampe qu’à partir du dernier mardi de septembre.

Les jours d’avant, ils arrêtaient le métier à la tombée du soir, « à l’brenne » comme ils disaient. Chez les artisans, dans les manufactures et dans les rues, on s’éclairait à l’huile, ensuite au gaz, et pour finir, à l’électricité.

 

Le cortège parcourait les rues, tambours et fifres en tête. Pendant ce temps, les parents attendaient dans les estaminets, le retour des enfants. La cabaretière leur servait un plat de haricots et de saucisses à bon marché. La viande des saucisses craquait comme des pierres entre les dents, d’où l’origine du nom des « Ducasses à Pierrot ».

 

Roubaix et Tourcoing et les cantons des deux villes ont gardé la fête des allumoirs dans leurs coutumes. Les lanternes vénitiennes ont remplacé les betteraves, mais la fête est bien présente.

A chaque cortège la foule se presse et les quartiers s’animent de ces retraites aux flambeaux.

 

Après 55 éditions, le cortège folklorique et carnavalesque des Allumoirs d’Halluin s’est interrompu en 2004.

Depuis 2005, la fête des Allumoirs d’Halluin est remplacée par celle des Tisserands.

 

La calèche napoléonienne comme principale attraction.

 

La grande nouveauté de ce 5e millésime de la fête des Tisserands en septembre 2009, c'était la première sortie de la calèche polonaise achetée du côté de Pneuwy, la ville jumelée, pour la coquette somme de 9 500 euros. « C'est une réplique d'une calèche napoléonienne », précise Jean-Claude Klimanek adjoint à l'animation et président du nouveau comité de cette fête des Tisserands.

 

Sous une pluie de confettis mais sous un soleil estival, la 5e fête des Tisserands a développé ses atouts, costumes bigarrés, calèche royale, intronisation arrosée et public bon enfant.

Une trentaine de groupes, associations locales, géants, sociétés extérieures ont fusionné pour donner à cette fête des tisserands ses lettres de noblesse. Bien sûr, les 5000 navettes ont été rapidement avalées.

 

Le carrosse royal étrenné par le maire en personne, Jean-Luc Deroo, a apporté un lustre supplémentaire à la manifestation qui, lorsqu'il y a eu bouchon, était forcément de champagne !

 

Les flammes n'étaient pas celles de Lucifer dont les Amis du cabaret ont malicieusement endossé le costume, mais elles étaient crachées par un drôle d'homme en noir perché sur des échasses.

Les géants ont fait forte impression du haut de leurs plus de 4 mètres ! Venus d'Halluin, de Neuville, de Roncq ou de Belgique, ils ont tournoyé autour des enfants pris soudain de vertige.

 

Julie, miss vallée de la Lys, avait choisi le carrosse alors que ses dauphines, Aline et Alicia, ont fait étalage de leur grâce depuis le char Rigobert.

Pour Julie, c'était une première et pour Aline, c'était déjà la 3e édition ! Et de lancer autant de navettes, ces délicieuses gourmandises concoctées par des boulangers halluinois, que de sourires à vous faire chavirer. La magie de ce cortège carnavalesque a opéré et le public badin n'en a fait qu'une délicieuse bouchée !

 

La Confrérie des Chevaliers

 de la navette halluinoise…

 

C'est une cérémonie joyeusement protocolaire qui s'est déroulée ce samedi 18 septembre 2010, rue Marthe-Nollet. C'est que l'événement était important : on intronisait cinq nouveaux membres de la Confrérie des chevaliers de la navette halluinoise.

 

Les deux nouveaux boulangers de la ville Martin Tennier et Frédéric Debruyne ainsi que trois dames de l'ombre membres du Comité de la fête des tisserands, Thérèse Hasebroucq, Françoise Vandenbussche et Danièle Klimanek ont donc prêté serment devant la population avant que le cortège ne se mette en route dans les rues de la ville.

 

Pour la 6e année, la fête des tisserands honore l'histoire textile de la ville avec un emblème : la navette. Un hommage à l'ustensile de tissage, mais aussi un clin d'oeil gourmand à la pâtisserie, confectionnée par les boulangers halluinois il y a six ans, à l'occasion de la première édition.

D'ailleurs les Halluinois ont eu l'occasion de pouvoir apprécier les talents des deux nouveaux maîtres du pain puisque des navettes étaient distribuées tout au long de la parade. Pour que la fête soit belle et drôle, le comité de fête des tisserands s'était bien entouré. Pas moins de vingt-huit associations se sont mis en quatre et en couleurs pour l'événement.

 

Les écoliers halluinois ont paradé, aux côtés des quinze géants d'Halluin, de Zulte, de Menin. Tous étaient ravis d'ailleurs d'accueillir pour la première fois les quatre géants wervicquois. Poignée de confettis ont volé au rythme de la musique au fur et à mesure du défilé long de plusieurs kilomètres. Après avoir traversé la rue Marthe-Nollet puis celle de Lille, Desmettre, Péri et Martel, tous se sont retrouvés à la salle du Manège pour le bal populaire. L'édition 2010 aura été une réussite.

 

18 et 19/9/2010.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 

img186 

(Document original D.Delafosse 16194  n° Img 186)

 

Le Syndicat d'Initiative d'Halluin...

et sa création de 1929 à 1939.

 

Qui n'a pas en mémoire les défilés historiques, les concerts, les fêtes locales, les expositions en tous genres organisés, durant quarante années (1968-2008), sous la responsabilité de son président actif et pleinement dévoué à sa cause M. Raymond Vanhalst, puis de son successeur M. Alexandre Boulesnane président de 2009 à Septembre 2017.  

Mais au fait, savez-vous à quand remonte la création de ce syndicat d'initiative si prisé par les habitants de la commune et de ses environs ? 

 img286

"Le Foyer de la Paix", rue Emile Zola Halluin,

1er siège social du Syndicat d'Initiative d'Halluin en 1929.

 (DD 16186  n° Img 286)

 

Dans le secteur de la vallée de la Lys,

le plus ancien Syndicat d'Initiative est celui d'Halluin.

La première réunion, en vue de la constitution de cette société,

s'est tenue le mercredi 12 juin 1929, à 19 H,

  sous la présidence active de M. Maurice Toulemonde.

Ce groupement fut intitulé : « Les Amis d'Halluin »

et son siège social se trouvait au « Foyer de la Paix » rue Emile Zola.  

 img188

(Document original D.Delafosse 16197  n° Img 188)

 

Voici en 1929, en quels termes et sous quelles bases étaient fondés

cette association régie par la loi du 1er Juillet 1901 : 

 img185

(Document original D.Delafosse 16193  n° Img 185)

 

Toulemonde en 1945 01723 

Maurice Toulemonde 1er Président

du Syndicat d'Initiative d'Halluin en 1929.

(X DD 16198  n° Toul)

 

En 1929, le premier conseil d'administration

du syndicat d'initiative halluinois était formé ainsi :

 

 img184

(Document original D.Delafosse 16192  n° Img 184)

 

img189

(Document original D.Delafosse 16196  n° Img 189)

 

Le Syndicat d'Initiative d'Halluin était un véritable lien

entre l'Administration Municipale et la Population Halluinoise...

 

img187

(VdN DD 16195  n° Img 187)

 

Pour la défense des travailleurs demeurant à Halluin...

courrier à l'initiative du trésorier du Syndicat d'Initiative.  

 img191

 (Document original D.Delafosse 16199  n° Img 191)

img192

(DD 16200  n° Img 192)

img193

(DD 16201  n° Img 193)

 

Cette première mouture des « Amis d’Halluin » prospéra pendant quelques années, avant de tomber en léthargie après la Seconde Guerre mondiale. Mais la société ne fut jamais dissoute, et en 1966, elle sortait de son hibernation, sous l’impulsion de quelques Halluinois  amoureux de leur ville.

Tous ces originaux,nous les devons aux archives de M. Henri-France Delafosse premier trésorier de l’association « Les Amis d’Halluin ».

 

La Présidence de 1966 à 1968...

 

Le Syndicat d'Initiative d'Halluin n'a repris de réelles activités qu' en 1967 avec de nouveaux statuts. C'est sous la Municipalité dirigée par M. Charles Vanoverschelde et à son adjoint à la culture et à l'animation M. Jacques Depuydt, qu'a été prise l'heureuse initiative de remettre sur rail le syndicat.

Le but du S.I. en 1966, était de rendre à Halluin le rayonnement qu'il mérite et d'organiser une grande fête annuelle.

L'objectif a été atteint puisque comme Armentières, la fête des Nieulles, Comines la fête des Louches, Wervicq la fête du Tabac, Halluin a, depuis septembre 1967, son festival.

A cette date, c'est au café « Aux Amis d'Halluin », 142, rue de Lille, devenu le siège du S.I., que les membres se retrouvaient pour promouvoir des actions en faveur de la ville. C'est en 1982, que le syndicat disposera de son propre local, au 58, rue de Lille, devenu propriété communale.

 

img190

Jules Menet Président du Syndicat d'Initiative de 1966 à 1968.

(X DD 16185  n° Img 190)

 

Association régie par la loi de 1901, le Syndicat d'Initiative s'est développé

de nouveau sous la présidence de M. Jules Menet de 1966 à 1968,

et celle de M. Raymond Vanhalst depuis mai 1968 à juin 2009 

soit quarante années au service de cette véritable institution halluinoise !

 

Syndicat Initiative 2 01952

La nouvelle équipe du Syndicat d'Initiative d'Halluin en 1968,

1ère réunion avec la Municipalité.

Debout de gauche à droite : MM. Oscar Crombez, Roger Vandenbussche, Jacques Masil, 

Jean-Louis Fendelert, Henri Joncquiert, François Bisbrouck.

 1er rang assis :MM Charles Vanoverschelde Maire, 2 ?, 3 ?,

 Adrien Verkindère Député, Raymond Vanhalst nouveau président, Michel Régnier.

       (Photo ARPHalluin n° 1952)

 

60ème Anniversaire du Syndicat d'Initiative d'Halluin...

Revues de Presse en Juillet 1989 :

 

img182

Publication "Nord Eclair" le 26 Juillet 1989.

(NE DD 16183  n° Img 182) 

 img183

Publication "La Voix du Nord" le 26 Juillet 1989.

(VdN DD 16191  n° Img 183)

 

La suite : Le Syndicat d'Initiative d'Halluin...C'est Fini ! (Septembre 2017). |

Dans les prochains mois, nous aurons l'occasion de revenir, en détails,

sur les 40 années de présidence de M. Raymond Vanhalst,

ainsi que sous le mandat de M. Alexandre Boulesnane.

 

Voir aussi, cliquez ci-dessous :

Le Foyer des Anciens Combattants - Historique (1922 - 2014).

Anciens Combattants : Fusion des deux amicales halluinoises 14-18 et 39-45.

UNC d'Halluin (Jules Menet 1905 - 1974).

Il y a 60 ans, le syndicat d'initiative 

Marchand ambulant (Docteur Pierchon Historique). 

 

29/7/2010 - Mise à jour 30/9/2017

Commentaire et Photos : ARPH - Presse - Daniel Delafosse  

03468
Un banquet de la St Eloi - patron des mécaniciens et agriculteurs.
(photo n° 3468)

01271

Un groupe de jeunes filles toujours

au service des autres...(photo no 1271)

 

 05474 05486   05487
05488   05489 05482 
05483   
 
05487
 05484

 dans le quartier de la pannerie

(photo no 5474, 5486, 5487, 5488, 5489, 5482, 5483, 5484, 5485)

 

05475 05476
05477 05478
05479 05480
   

 

 05481

Fête à Halluin

( photos nos 5475, 5476, 5477, 5478, 5479, 5480, 5481)

03355

Jeunes adolescentes en camp de vacances en 1942  

(photo no 3355)

03513

Années 1941/1942

de G à D : Gabrielle Marée Cerly, Marie Madeleine d'Halluin, Lydia Denis, Raymonde Wauquier

à genoux :  ? , ? , Marie Antoinette Cerly        (photo no 3513) 

03509

Excursion en barque pour des jeunes

filles en vacances  (photo no 3509)