:

petits commerces

AL-00157      AL-00158

 Entrée de la rue de la Paix, à l'angle avec la rue du Docteur Pierchon actuelle. Nous sommes devant la boucherie Clincke: des quartiers de viande sont exhibés à la porte!!! A droite, la fabrique de chicorée Dewailly. Parmi la foule on remarque des douaniers.

AL 157,158

  p1010305

Boutique "Tulle et Taffetas", rue de Lille Halluin - Décembre 2009. 

(Photo DD 14479  n° p1010305)

(Pour un agrandissement, utilisez la loupe).

p1010306

(Photo DD 14483  n° p1010306)

p1010295

Fleuriste "Espace Fleurs", rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14474  n° p1010295)

p1010309

(Photo DD 14482  n° p1010309)

p1010290

Boutique "Lysgaine", rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14468  n° p1010290)

p1010288

(Photo DD 14469 n° p1010288)

p1010296

(Photo DD 14475  n° p1010296)

p1010292

Boutique "Edith" rue Emile Zola...

(Photo DD 14471 n° p1010292)

p1010293

...et rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 144472  n° p1010293)

p1010308

(Photo DD 14481  n° p1010308)

p1010299

Fleuriste "Marie Fleurs", rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14477  n° p1010299)

p1010294

Chaussures "Declercq", rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14473  n° p1010294)

p1010297

Cinéma Municipal "Le Familia", rue Jacquard Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14476  n° p1010297)

p1010307

Café Brasserie rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14480  n° p1010307)

p1010317

Boulangerie Dochy, rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14466  n° p1010317)

p1010280

(Photo DD 14467  n° p1010280)

p1010291

"Au Palais du Fromage", rue de Lille Halluin.

(Photo DD 14470  n° p1010291)

p1010303

Restaurant "Cap Saveur", rue de Lille Halluin - Décembre 2009.

(Photo DD 14478  n° p1010303) 

30/12/2012.

Photos : Daniel Delafosse

p1030448

 Fleuriste "Marie-Fleurs" rue de Lille Halluin - Décembre 2011.

(Photo DD 14437  n° p1030448)  

p1030432

Banque Scalbert Dupont, rue de Lille et rue Marthe Nollet Halluin.

(Photo DD 14432  n° p1030432)

p1030468

(Photo DD 14450  n° p1030468)

p1030450

Carrefour du Centre Ville Halluin - Décembre 2011.

(Photo DD 14439  n° p1030450)

p1030433

Banque du Crédit du Nord et commerces, rue Marthe Nollet Halluin.

(Photo DD 14433  n° p1030433)

p1030435

(Photo DD 14436  n° p1030435)

p1030434

"Lys Optique" et Boulangerie-Pâtisserie au Centre Ville Halluin.

 (Photo DD 14435  n° p1030434)

p1030470

(Photo DD 14452  n° p1030470)

p1030451

Boulangerie-Pâtisserie : Place Abbé Bonpain Halluin.

(Photo DD 14440  n° p1030451)

p1030469

(Photo DD 14451  n° p1030469)

p1030452

Pharmacie Place de l'Abbé Bonpain Halluin.

(Photo DD 14441  n° p1030452)

p1030467

Restaurant Pizzeria, rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14449  n° p1030467)

 p1030449

En Décembre 2011, rue de Lille Halluin.

 (à l'emplacement de l'ancienne Agence Nord Eclair).

(Photo DD 14438  n° p1030449) 

p1030431

Rue de Lille Halluin, à gauche : Résidence Georges Pompidou,

et à droite :  la BNP et la Résidence Armorial.

(Photo DD 14431  n° p1030431)

p1030466

Fleuriste "Espace Fleurs", rue de Lille Halluin - Décembre 2011.

(Photo DD 14448  n° p1030466)

p1030465

Optique, rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14447  n° p1030465)

p1030464

Bar à Thé et Boutique, rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14446  n° p1030464)

p1030454

"A la Maison d'Or" rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14442   n° p1030454)

p1030463

(Photo DD 14445  n° p1030463)

p1030462 

Pharmacie, rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14444  n° p1030462)

p1030461

Parfumerie, rue de Lille, Halluin.

(Photo DD 14443  n° p1030461)

p1030429

Intersection des rues de Lille et Emile Zola (à droite) - Décembre 2011.

(Photo DD 14430  n° p1030429)

p1030428

Rue de Lille Halluin - Décembre 2011.

(A l'emplacement de l'ancien Poste de Douane Française).

(Photo DD 12282 n° p1030428)

p1030472

Pharmacie, rue Gustave Desmettre, Halluin - Décembre 2011.

(Photo DD 14453  n° p1030472) 

(Pour un agrandissement instantané,

cliquez droit sur la loupe et ouvrez le lien).

29/12/2012.

Photos : Daniel Delafosse

 

AL-00462

Dépôt de teinturerie ROSSEL-MOTTE,

rue de la gare ( Marthe Nollet), en face de la place

du Général De Gaulle.- (photo no  AL 462 )


Mr Plesse - marchand ambulant -(lait, etc.....)

à la ferme Pollet (actuellement ferme du Mont Saint Jean) sur les 2 premières photos -

avec son véhicule ambulant sur les 2 dernières photosi.

10798

(photo n° 10798)

10358 2 RP

photo n° 10358(2)RP

10795

(photo n° 10795)

 

p1020171

Ets Robert Casier, rue de Lille Halluin,

fermés définitivement en Août 2011.

(Photo DD 12189  n° p1020171)

Ets Robert Casier... de 1948 à 2011.

En novembre 2009, la presse locale (N.E.) rencontrait Robert Casier, commerçant de proximité, connu et reconnu. Celui-ci expliquait la difficulté de sa profession, à l'heure actuelle, et revenait sur les 60 ans d'existence de ce commerce halluinois :  

Cruelle période pour les petits commerces. Malgré une clientèle fidèle, Robert Casier, et sa boutique d'électroménager et hi-fi, n'échappe aux effets à la prédominance de la vente en ligne pas plus qu'à la crise. Quand vous poussez les portes de sa boutique au 37 rue de Lille, Robert Casier est là derrière son comptoir, la tête dans le guidon. Un « bonjour » et un regard vite esquissés. Si vous ne le connaissez pas, n'allez vous méprendre sur cet accueil minimaliste. Il est comme ça Robert Casier : pressé et souvent débordé. Il ne faut pas longtemps avant de découvrir un vendeur à la pointe et un homme généreux.

 

img348

Robert Casier, dans son magasin, en 2009.

(Photo NE DD 12188  n° Img 348)

 

C'est en 1984, qu'il reprend la boutique de son père qui l'avait créée lui-même en 1948. Bien sûr depuis plus de six décennies, le métier a bien changé. Pas de surprise, ni de scoop : les temps sont durs. En une dizaine d'années, les Halluinois ont vu quatre magasins d'électroménager et hi-fi mettre la clef sous la porte.

 

« Internet est en train de détruire le tissu économique », soupire Robert Casier, avec amertume. Ici, depuis ces dix derniers mois, le ralentissement des ventes est perceptible. « Il y a aussi la conjoncture actuelle, mais on est surtout en train de perdre les jeunes clients ». Pour preuve, la baisse des ventes des supports numériques (lecteur MP3, MP4...); des produits prisés des jeunes adeptes du « valider la commande » en clic - le tout pour des prix cassés.

 

« J'ai plus une clientèle fidèle qui a entre 40 ans jusqu'au 3e âge », indique Robert Casier. C'est que les habitués ne s'y trompent pas, les prix pratiqués ici sont tout à fait concurrentiels par rapport aux hypermarchés et grands magasins spécialisés. La proximité en prime : conséquemment une qualité de service et de conseil aussi privilégiée.

 

« Comme on n'a pas de stock, on est toujours à la pointe de l'actualité. On propose aussi des facilités de paiements, mais il y a toujours les grands magasins qui proposent de payer le dernier écran en 36 fois, mais est-ce que ce sera payé un jour ... ? », poursuit M. Casier, dubitatif sur les pratiques actuelles des consommateurs.

 

La crise économique a bien sûr mis quelques oursins dans les porte-monnaie de chacun. Mais alors que les associations d'économie solidaire se développent, faut-il pour autant voir un point de non-retour dans l'ère du tout consommer à des prix toujours plus cassés ? À son échelle Robert Casier n'est pas des plus optimistes : « On est à mon avis dans une période charnière, on verra, il faut attendre un ou deux ans ».

 

Annexe à la boutique, Robert Casier gère aussi le distributeur de location de DVD. « En 1985, pour compléter mon activité, j'ai commencé la location de vidéo, j'achetais toutes les nouveautés et je sous-louais, ça marchait jusqu'en 2004. au début c'était la folie, certaines personnes louaient trois ou quatre vidéos par jour ! »

 

Depuis, l'activité de location a été divisée par dix. Les distributeurs automatiques sont arrivés avec la demande de l'anonymat des locations. « Depuis l'adoption de la loi HADOPI, il y aurait comme un soubresaut, un nouveau petit souffle pour les locations de films. On verra ».

Une affaire de famille...

 

Le commerce de hi-fi et électroménager, c’est une affaire de famille, puisque Robert, premier des deux générations a ouvert sa boutique de radio en 1948. Mais le vendeur assurait tout : de la conception à la vente.

img394

Publicité 1989.

(Photo DD 12211 n° Img 394)

 

Si la boutique Casier a déménagé trois fois dans la rue de Lille depuis sa création, l’affaire est toujours restée familiale. « Mon père a ouvert son commerce de radio en 1948. Il les concevait lui-même. Il calculait le transfo d’alimentation. Il assemblait les haut-parleurs, les lampes, le bobinage… Il vendait, il dépannait, il réparait… », raconte Robert Casier (fils) qui garde de joyeux souvenirs de l’époque où son père s’est spécialisé dans la sonorisation des salles de fêtes.

 

« J’avais 15 ans et je montais sur les toits pour poser les haut-parleurs en forme de cône pour les bals populaires du 14 juillet, les fêtes d’écoles, et les combats de catch. Car dans les années 60, Halluin recevait les meilleurs catcheurs de France et de l’étranger, se souvient Robert Casier et en riant de bon cœur. « J’allais les voir après les matches dans les vestiaires, ils se lavaient dans une bassine. J’ai rencontré Delaporte (le méchant) et l’Ange Blanc (le gentil) ».

 

Le privilège de sonoriser la salle… A l’époque la boutique est mono-marque pour le « brun », comme pour le « blanc ». Comprenez (dans le jargon du commerce) les radios et télévisions pour le brun et l’électroménager pour le blanc.

 

L’âge d’or du disquaire.

 p1020599

Affiche du Journal "Salut les Copains" - 1965, et les vedettes de l'époque yé-yé.

(Photo x DD 12202  n° p1020599)

Mais les années les plus prospères du commerce restent l’âge d’or du disque vinyle. « Dans les années 65 à 80, on est devenu disquaire en complément, car il y avait une forte demande. On travaillait directement avec les éditeurs. On recevait les dernières nouveautés.

Les Beatles chez EMI, James Last chez Polydor, lezs Jackson fives chez Tamla-Motown… Tous les dancings du coin venaient chez nous pour trouver les disques des vedettes yé-yé. Tout ça, c’était avant que les hypermarchés prennent le relais ».

 

p1040323

 45 et 33 Tours, Cassette et CD.

(Photo DD 12212  n° p1040323)

 

Ce n’est qu’en 1984/85, quand Robert Casier (fils) reprend la boutique, que celle-ci devient multi-marques. 

Le Dimanche 24 Avril 2011, alors qu'il effectuait un jogging, Robert Casier était victime d'un malaise cardiaque....  Cet après-midi là, il  nous quittait définitivement. 

En août 2011,  faisant suite au décès, la boutique  familiale Robert Casier clôturait 62 années d'existence !

 

2/5/2012

Commentaire et Photos : Presse - Daniel Delafosse