:

scouts de France

9311

Mission accomplie : l'étang de Renescure est en

passe d'être vidé.  A gauche : Claude PROVOST.-

 (photo 9311 )

9314

Pierre ONRAED (1), ?, Ignace VERMEERSCH (3)

?, ?, ?, ?, Claude PROVOST (8) dans les environs de

Renescure où ils étaient allés vider un étang appartenant

à la famille BONDUELLE.-     (photo 9314 ) 

9312

De G à D :  ? , ? , Claude PROVOST et Pierre ONRAED

à Notre Dame de Lorette    (photo 9312 )

9270

En promenade en campagne du coté de Stenweerk.-

 (photo 9270 )

9276

M. Gaston DESCAMPS     (photo 9276)

9287

M. Jacques ONRAED     (photo 9287 )

9313

M. Claude PROVOST, Pierre ONRAED et Pierre

VERMEERSCH à Renescure  (photo 9313 )

 

 

Les funérailles du chef scout Bernaert.

 

JM 602

 

 

JM 388

 Le cortège funèbre se dirige vers l'église St Hilaire 

JM 386

Dans ce cortège, les délégations JOC - JTC - Jeunes Forces  

JM 387

ainsi que le groupe d'Halluin : Amitiés scoutes et la troupe dans le fond 

JM 507

Le cortège funèbre se dirige maintenant vers le cimetière par la rue G.Desmettre.

Remarquons sur la droite la boucherie Morel, le café le Petit Paradis, un peu plus haut le café de l'Entracte.

photos n° JM 386, 387,388,507,602

9307

Photo de famille chez les scouts mai 1951 derrière le Manège parking actuel

   1er rang : Jeanne-Marie Maret, Jacques Onraed, Pierre Vermerch, Michel Delangre, Gaïtan Descamps, Félix Vanmoerbeke, Daniel Sion

2ème rang : Maurice Wittouck, Jacques Descamps, Raymond Descamps

3ème rang : Augustin Grimonpont, ? Dekeyser, Oscar Crombez, Henri Joncquiert 

       photo no 9307 

02875

Les scouts halluinois photographiés au jardin public,

 rue de Lille, vers 1950/55.

Joseph Ampe Chef Scout (A droite, 3ème debout, bras croisés)

 (photo n° 2875)

 

Les Scouts Halluinois

ont soufflé 75 bougies ! 

 

Les scouts et guides de France fêtaient leur 75e anniversaire samedi 7 Mai 2011. L'occasion d'inaugurer leur nouveau local, situé rue de la Lys dans les anciens établissements Gratry.

 

Il fallait voir les jeunes scouts accueillir leurs aînés avant l'inauguration de leurs nouveaux locaux, situés rue de la Lys. C'est Marc Desbuquois, adjoint à la vie économique, qui a eu le privilège de couper le traditionnel ruban en l'absence du maire, Jean-Luc Deroo.

 

« Le scoutisme est porteur de valeurs essentielles, de solidarité », soulignait l'adjoint au maire. Et de féliciter les scouts pour leur engagement à Haïti, au Cameroun et prochainement à Madagascar ».

 L'élu dit aussi  que cette journée avait été possible « grâce à une belle organisation », ajoutant qu'un 7 mai, pour 75 ans de scoutisme, « cela va pas mal ensemble : je pense que ça va chauffer au Jardin de la Paix cet après-midi ! »

 

Même appréciation de Gauthier Vauzelle, délégué territorial, qui remercia la municipalité pour la mise à disposition de ces nouveaux locaux : « Nous tentons de pérenniser le scoutisme à travers vous et avec vous ! » Pour une bonne partie des anciens, cette inauguration et l'expo de photographies qui l'accompagnait, ont permis de se remémorer leurs parcours chez les scouts.

 

Parmi eux, les frères Oscar et Jacques Crombez, Gabriel Cottegnie, André Bagein... Pour Gervais Subts, brossier à la retraite, ces souvenirs ne sont pas éteints et il les narre sans trop chercher dans sa mémoire.

 

« J'avais une dizaine d'années et j'ai dû quitter la troupe dix ans après, pour aller effectuer mon service militaire en Algérie, explique-t-il. Nous n'avions pas trop de choix en 1946 et 47 : c'était un des seuls loisirs et notre principal moyen d'évasion...

Le premier camp auquel j'ai pris part s'est déroulé pendant les vacances de Pâques, au Nid de Mousse à Halluin : ce que nous avons pu avoir froid pendant ces trois jours ! Je vois aujourd'hui que la relève est bien assurée ! »

 

Annick Collet, chef de groupe depuis trois ans, n'a pas caché sa satisfaction d'avoir des locaux adéquats, locaux qui seront agencés par les jeunes.

 

« Je vous regarde avec confiance, ce que vous avez appris vous guidera dans le choix de la vie », déclarait Annick Collet,  à l'adresse des scouts et guides de France de la vallée de la Lys, avant de donner à tous « rendez-vous dans 25 ans » .

 

L'après-midi place jeux et activités, un camp a été monté sur la place du Général de Gaulle. Le public pouvait découvrir à la rencontre de scouts. À 18 heures, une flashmob était organisée pour que le plus grand nombre puisse assister à un grand lâcher de 750 ballons des plus colorés. La troupe de danse Dans la bulle de Yanah a également fait une représentation.

 

9/5/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse

 

 03631

Le Cinquantenaire des Anciens Scouts et Guides d'Halluin

  Samedi 22 Octobre 1988.

   (photo n° 3631)

 

Le Scoutisme et les Halluinois... 

 

En 1907, Robert Baden Powell, militaire (né à Londres le 22/2/1857, décédé à Nyeri Kenya le 8/1/1941) fondateur du mouvement, avait déclaré aux premiers scouts :

« Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand vous y êtes venus ».

 

Cent ans après ce message demeure d’actualité. Dans la région, en 2007,  ils étaient environ 7 000 (100 000 en France) à le porter.

Cet anniversaire nous donne l’occasion de faire un retour en arrière, sur la petite histoire du scoutisme et des Halluinois : Le mouvement halluinois des scouts et guides de France a eu  soixante-dix ans en 2008.

 

Les dernières retrouvailles, des anciens scouts d'Halluin, se sont déroulées lors de l’anniversaire du cinquantenaire le samedi 22 octobre 1988.

Dès 18 h 30, les membres et leurs conjoints se retrouvaient à l’église Saint-Hilaire pour remercier Dieu de tout ce qu’il leur avait donné pour le scoutisme Ce jour là, le doyen Hequette avait tenu à concélébrer la messe, marquant ainsi son intérêt pour ce rassemblement. A côté de lui, on retrouvait M. l’abbé Adrien Drouart, originaire d’Halluin et ancien scout.

 

Lors de cette cérémonie, ce n’est pas sans émotion que l’assistance entendit la longue énumération de ses 36 amis déjà décédés.

Après cette messe, tous se retrouvèrent à l’école du Sacré-Cœur, et la température monta encore de quelques degrés. En effet, après les effusions (certains ne s’étaient pas revus depuis 40 ans), ce fut l’exposition qui fut prise d’assaut. Que de visages, de souvenirs retrouvés en un instant…

 

Dans son mot d’accueil, M. Oscar Crombez vit dans ce rassemblement la célébration de l’amitié et de la fidélité :

 « Notre présence est le témoignage que le scoutisme de notre jeunesse, ce ne fut pas seulement une activité puérile mais un idéal qui en a marqué plus d’un et qui a eu des répercussions dans leur vie d’adulte et l’exercice dans leurs responsabilités familiales, professionnelles, sociales ou politiques ».

 

Après   avoir évoqué les pionniers de 1937-38, Edouard Biesbrouck, Jean Demeulenaere, décédés et Marguerite-Marie D’Halluin, retenue à Louvain pour raisons familiales, Oscar Crombez excusa les nombreux amis absents retenus pour diverses raisons.

Inutile de dire que le repas qui suivit se déroula dans une ambiance du tonnerre. Chacun put, au cours de ces heures trop brèves, passer de table en table pour évoquer encore avec les amis retrouvés une multitude de souvenirs.

Certains participants étaient venus de très loin : Pont St Esprit, la Vendée, Angers, la région parisienne et la Belgique. Un seul regret : cela a passé trop vite. Un seul espoir : qu’on puisse se renouveler l’opération.

 

Depuis ce dernier grand rassemblement, ces vingt dernières années, d’autres membres ont disparu, je citerai notamment : Roland et Anne-Marie Cornélis, Joseph Ampe, Francine Catteau, Paul Huysentruyt, Jeanne Lepers, Jacques Delafosse, Jean-Marie Ampe, Gilbert Dessauvages, Gaston Descamps, Stanislas Verschae, l’abbé Adrien Drouart. 

 

René Mahieu chef de groupe des Scouts,

de la 1ère Halluin, de 1941 à 1944.

 

 Le 24 février 1997 disparaissait René Mahieu à l’âge de 76 ans. Ses obsèques se déroulèrent le 3 mars à Sologny. Il s’était retiré à Cluny, en Bourgogne, depuis quelques années.

Les anciens scouts de France de la première à Halluin se souviennent de celui qui fut leur chef de groupe durant les années 1941 à 1944 incluses.

 

Des années au cours desquelles il a réussi à maintenir les activités de scoutisme, malgré les restrictions des autorités allemandes d’occupation concernant les mouvements de jeunesse.

Originaire de Tourcoing, il était omniprésent à Halluin durant toutes ces années, et a été hébergé dans une famille halluinoise après le bombardement de Tourcoing, ce qui lui a permis d’échapper au Service du travail obligatoire en Allemagne (STO).

 

Sous son impulsion, le mouvement Scouts de France s’est développé. Beaucoup d’anciens se souviennent. Ils gardent un excellent souvenir de cette personnalité qui a marqué le scoutisme de la première Halluin, lors des années sombres de l’occupation.

 Une messe du souvenir fut dite à sa mémoire le dimanche 31 août 1997 en l’église Saint-Hilaire à Halluin.

 

13/7/2010.  

Commentaire : Daniel Delafosse

 

03629

Les Scouts Halluinois :

 1ère Compagnie à l'investiture en 1938.

     (photo n° 3629)

   

En 2011... Les Scouts Halluinois ont 75 ans ! 

 

Le scoutisme est né en 1907 sous l'impulsion du général britannique à la retraite, Baden Powell (né à Londres le 22/2/1857, décédé à Nyeri Kenya le 8/1/1941). Le fondateur du mouvement, avait déclaré aux premiers scouts :  

« Essayez de laisser ce monde un peu meilleur qu’il ne l’était quand vous y êtes venus ». 

Cent ans après ce message demeure d’actualité... En effet,  dans la région en 2007, ils sont environ 7 000 (100 000 en France) à le porter. 

 

1936 : Naissance du scoutisme halluinois.

 

A Halluin,  ce n'est qu'en 1936 qu'il apparaît sous l'impulsion des pionniers Edouard Biesbrouck, Jean Demeulenaere et Marguerite-Marie d'Halluin. « Il sera reconnu officiellement par le mouvement en 1938 », raconte Oscar Crombez.

 

Deux mois après l'entrée d'Oscar chez les scouts, la guerre éclate. Les chefs sont mobilisés. La quinzaine de membres restera ensemble toute la guerre. Durant ces années de guerre, ils vont se mettre au service des femmes de prisonniers pour bêcher leurs jardins, vont servir de main d'oeuvre dans les champs pour ramasser les pommes de terre, distribuer vivres et boissons aux réfugiés belges qui arrivent en masse en 1940...

 

Avec « le couronnement » de cette époque, « le ravitaillement des FFI en 1944, lors de la libération » ou l'aide à la croix rouge pour rechercher les blessés sur le front. « On a vraiment été marqué par cette période. Ce sont des choses qui nous ont façonnés pour toute la vie, raconte Oscar Crombez. C'est un engagement que l'on garde au plus profond de nous ».

 

 Oscar Crombez voit dans les missions humanitaires organisées par les compagnons - à Haïti en 2010, à Madagascar cet été - cette « exaltation qui va les marquer toute leur vie. Même si nous ne partions pas, ils rendent service comme nous ».

 

En 1936, il y avait une quinzaine de membres. Jusqu'au sortir de la guerre, où les jeunes scouts, passés "routiers" sont devenus chef et ont impulsé une dynamique. Le mouvement va compter alors une cinquantaine de membres. Les départs pour raisons familiales ou professionnelles vont provoquer la disparition de la troupe pendant quelques années.

 

Les scouts halluinois en 2011...

 

Aujourd'hui, alors que leur nouveau local sera inauguré ce samedi 7 mai 2011, dans l'enceinte de l'ancienne usine Gatry, rue de la Lys, ils sont une quarantaine à faire vivre le scoutisme à Halluin. Et à avoir organisé une journée pour fêter ce 75e anniversaire.

 

À partir de 14h au "Jardin de la Paix" rue de Lille Halluin, ce samedi 7 mai 2011 : grand jeu qui mènera à la découverte des stands et activités dans la ville jusque 18h30. À 18h30 : place Général De Gaulle : grand lâcher de ballons (600) et flash mob. Pour finir, repas trappeur et veillée.

 

Si pour les plus âgés, les déplacements se font à plusieurs milliers de kilomètres,  pour nos jeunes louveteaux, les activités sont bien moins lointaines. Le camp d'une semaine durant l'été, ou les week-ends se déroulent à moins de 100 km. Ce qui ne change pas, c'est la façon d'entrer chez les scouts. « C'est Cyprien qui m'a proposé de venir voir lors d'un week-end découverte, raconte Titouan. Ensuite, j'ai proposé la même chose à un autre copain Arthur ». Avant d'évoquer son arrière grand-père et son "papy" qui avait été scout en leur temps. Oscar aussi était rentré par le biais d'un ami, « cela se fait par camaraderie ».

 

Titouan, Cyprien et Augustin évoquent ces camps où l'on apprend à monter une tente, à faire du feu. Mais sans jamais oublier de s'amuser. « Il y a plusieurs thèmes que l'on développe, explique Mathilde, 21 ans, chef louveteau, comme le respect de la nature, la solidarité, le respect des autres ».

 

Marine, elle, a 13 ans. Elle est chez les scouts et est partie deux semaines en camp l'été dernier. Plus difficile pour les parents que pour elle, car elle a découvert les joies de l'exploration. « On part deux jours sans les chefs, jubile la jeune fille. On dort dehors, on a tous un itinéraire différent ». Les équipes doivent se débrouiller avec 10 euros pour se nourrir. Un sacré défi. Mais une superbe leçon pour apprendre à se débrouiller. « Mais les chefs contrôlent et viennent vérifier que tout va bien », rassure Marine.

 

Ce qui n'a pas empêché qu'une équipe se perde l'an dernier, dans les massifs vosgiens. Durant ces camps, il faut tout installer, la tente, « sur pilotis pour ne pas être au contact du sol », une table, un vaisselier... Chaque équipier a une mission : le repas, la vaisselle, le bois, organiser les veillées...

 

Faire confiance aux autres, le début de l'entraide et du partage. Des valeurs véhiculées par les scouts à Halluin depuis 1936.

 

6/5/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse