:

 

03518

Une délégation d'anciens combattants de l'UNC Halluin,

après une cérémonie religieuse (Années 1950/60).

1er rang à l'extrême gauche : Jules Menet.

(photo n° 3518)

Jules Menet…

 L’Halluinois aux  diverses « casquettes » ! 

Né à Halluin, le 20 janvier 1905, Jules Menet est décédé le 22 juin 1974, dans sa 70ème année.

Ancien propriétaire du  célèbre café halluinois  « Aux Vieux Amis » de 1930 à 1974, où de nombreuses associations tenaient leur siège,  Jules Menet était une figure marquante de la vie commerciale et associative halluinoise.

Situé rue Gustave Desmettre, ce commerce, durant plusieurs décennies, resta  une véritable institution pour les très nombreux halluinois et multiples associations  qui le fréquentèrent.

Au moment de la disparition de celui qu’on appelait tout simplement Jules, on pouvait notamment lire ceci dans la presse locale :

Trop tôt pour beaucoup de monde, M. Jules Menet s’en est allé… Depuis plusieurs mois, on craignait pour sa santé, mais faisant preuve d’une force de caractère, il surmontait les épreuves avec un  courage exemplaire.

On l’a vue ainsi une dernière fois, dans une manifestation publique, à la réception offerte aux mamans décorées, par l’Union des familles, dont il était le trésorier.

Il était aussi et surtout, le président des Anciens des armées d’occupation, de la Philharmonie Concordia et de l’Association des donneurs de sang.

Le titre qui reflète sans doute le mieux l’homme, c’est  « patron des Vieux Amis »… Tout un programme que Jules Menet remplissait à la perfection.

A 69 ans, cet Halluinois à part entière ne laissera que des amis, on en conviendra en lisant ci-après ses « états de service », outre ceux déjà cités :

Ancien combattant prisonnier et évadé de guerre, membre de l’U.N.C., vice-président des anciens d’Afrique du Nord, membre de la Lyre Halluinoise, de la commission de l’amicale des anciens sous-officiers, vice-président de la commission administrative de l’hospice et médaille d’or avec étoile des donneurs de sang bénévoles.

13/7/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse