:

douanes

AL-00198

La douane française vers 1930.Cette carte nous montre des bâtiments qui ont souffert de la première guerre: l'inscription sur le pignon est détériorée. Le Café de la Douane, avec sa belle terrasse, arbore sur le pignon l'initiale M en relief de la maison Mussche. A côté l'entrée de la cour Devos( actuelle cité Windels).

AL198

AL-00159     AL-00160

 

La caserne des Douanes, située chemin de Loisel fut construite en 1886 par M.Carpentier de Seclin et louée à l'Administration des Douanes jusqu'en 1974. Louée ensuite à des particuliers puis démolie pour laisser place à l'immeuble d'appartements actuel.

Elle comprenait 25 logements. Le bureau de la capitainerie était installé au rez-de-chaussée du grand bâtiment . 125 agents étaient affectés à Halluin.

AL159,160

AL-00155      AL-00156

 

Le bureau des Douanes vers 1907. Les transports ne sont pas encore beaucoup motorisés puisqu'on aperçoit une baladeuse au centre et un cabriolet sur la gauche. D'ailleurs, sur le mur, une grande inscription qui signale l'interdiction aux automobiles de rouler à plus de 12 km/h sur le territoire d'Halluin!!

AL155,156

AL-00283

La voie du tramway à vapeur délimite la frontière : les

douaniers français sont positionnés à droite près de l'usine

Biermé. Sur la gauche la Belgique avec ses cafés et boutiques.

Le poste de douane est situé dans le fond, rue de Lille.-

 ( photo AL 283)

AL-00097

Bureau des douanes françaises, rue de Lille : contrôle

de voiture et train-tramway passant la frontière.-

 (photo no AL 00097 )

p1030150

Conférence sur la Douane par M. André Dutoit (ARPH)

à la Ferme du Mont Saint-Jean Halluin - Octobre 2011.

 (Photo DD 13810  n° p1030150) 

p1030149

 (Photo DD 13811  n° p1030149)

p1030125 

Exposition sur la Douane en Octobre 2012,

organisée par l'association "A la recherche du passé d'Halluin".

(Photo DD 13812  n° p1030125)

 p1030116

(Photo DD 13813  n° p1030116)

 p1030126

(Photo DD 13814  n° p1030126)

 p1030148

La 4L du film "Rien à déclarer" de Dany Boon.

(Photo DD 13815  n° p1030148)

p1030132 

(Photo DD 13816  n° p1030132)

 p1030138

(Photo DD 13817  n° p1030138) 

 

c 044

Une partie du public lors de la conférence animée par

A.Dutoit dans le cadre de l'exposition sur la douane en octobre 2011

( photo C 044 )

 

02349

Le premier café de la douane, tenu par Mr Danset. photo n° 2349

 

05904

photo n° 5904

 

 

07713

07717

Vues, à des époques différentes, du bureau des douanes françaises, rue de Lille - Halluin

sur la photo de droite on remarquera le petit train qui allait vers Armentières.

(photos n° 7713 - 7717)

05180

photo n° 05180

 

03953

Vers les années 1960/1970, photo n° 3953

 

04092

(photo 4092)

 

8402

(photo 8402-ad/douane)

 

AL 00435

(photo AL-00435 )

 

8404

(photo 8404-ad/Douanes)

 

8406

(photo 8406-ad/Douanes)

 

8415

Rue de Lille à Menin  (photo 8415-ad)

 

AD 0026

(photo AdministrAD 0026)

 

AD 0121

(photo AD 0121)

 

AD 0122

(photo AD 0122)


Scènes journalières du passage des frontaliers au poste frontière

rue de Lille - Halluin, dans les années 50/60.- 

Le Poste Frontière rue de Lille Halluin,

 dans les années 1960.  

 (Photo n° 1983)

La Frontière Halluin - Menin (B)...

Vue par L'Halluinois Roland Verkindère.

Géographe passionné, formidable narrateur,  le regretté Roland Verkindère a beaucoup travaillé sur la frontière. Au-delà des enjeux historiques et de l'activité économique, cette frontière était pour lui porteuse de symboles. De valeurs.

 

Le tracé de la frontière Halluin-Menin a connu bien des aléas à travers les époques pour devenir complètement transparente quelque part dans les ondulations de la Lys.

 

Pour Roland Verkindère, cette frontière a structuré l'aménagement du territoire à Halluin. « Entre 1840 et 1960, de nombreuses entreprises sont venues s'installer sur la rive droite de la Lys, proche de la main d'oeuvre flamande réputée travailleuse. » Ainsi beaucoup d'industries de Roubaix et de Tourcoing délocalisaient une partie de leurs activités à Halluin, comme Lorthiois.

 

Les industriels belges, comme Gratry ou encore Pidy, désireux de se préserver du protectionnisme et de s'ouvrir au marché français, avaient également fait le pas. D'où le boom de la démographie halluinoise à la toute fin du XIXe siècle et au début du siècle dernier.

 

En 1866, Halluin comptait 13 673 habitants dont 9 875 personnes issues de l'immigration flamande. En 1901, Halluin rattrape Menin, on recense 16 600 habitants dont plus de la moitié de Flamands bientôt rejoints par la grande mosaïque culturelle de l'épopée industrielle. Des aspects qui font dire à Roland Verkindère que la frontière est au-delà de l'espace physique, un lieu riche d'échanges.

 

Des matières premières en transit à la culture. Sans oublier tous ces couples que la frontière a rapprochés. « C'est aussi un lieu qui favorise la comparaison sur le plan des salaires, de la fiscalité, de la santé... » À l'époque du franc, la frontière était aussi synonyme de pouvoir d'achat pour les Halluinois grâce à un taux de change avantageux.

 

Un héritage qui a influencé plusieurs générations et imprégné toute une ville : « Quand on vit à la frontière, on a une curiosité naturelle. Nos rapports au voisin, à l'étranger, à l'autre sont différents... », témoignait Roland Verkindère.

 

1/10/2011.

Commentaire : Daniel Delafosse