:

Guerre 39 – 45

 

(Pour agrandir,cliquez sur le titre principal ci-dessus).

 

Jean Moulin (1899 - 1943)

le cou entouré de l'écharpe noire qui cache sa cicatrice.

(Photo X DD 20938  n° Img 504)

 

La Résistance française aura ses héros et ses martyrs...

L'un des plus ardents et des plus célèbres s'appelait Jean Moulin :

Livré par trahison, il fut arrêté à Caluire, le 21 juin 1943.

Torturé par la Gestapo, il mourut pendant son transfert en Allemagne.

Lien : http://www.memorialjeanmoulin-caluire.fr/ 

 

(Photo X DD 20958  n° Img 511)

 

"Qu'ils meurent debout, bien droits

ou couchés à cause de leurs blessures,

ils crient "Vive la France".

 

Le Conseil National de la Résistance

créé le 27 Mai 1943.

 

Mettant à exécution, après de longs mois d'un difficile et dangereux labeur, les instructions qui lui avaient été données par le général de Gaulle, le préfet Jean Moulin (Max) parvient à fonder le Conseil national de la résistance qui regroupe les mouvements de résistance intérieure des deux zones (Front national - communiste - Libération Nord et Sud - - organisation civile et militaire - Combat, Franc-Tireur), les représentants des partis et des syndicats opposés à Vichy (P.C.F., S.F.I.O., radicaux, démocrates populaires, C.G.T., C.F.T.C.).

 

 

Le Général de Gaulle Chef de la Résistance.

(Photo X DD 20939  n° Img 503)

 

Au cours de la première séance du 27 mai 1943, présidée par Jean Moulin, le Conseil national de la résistance nomme le général de Gaulle chef politique de la résistance et Giraud commandant en chef de l'armée.

  

 Récit du Journal paroissial "La vie chez nous" - Juin 2014.

 (Photo X DD 20940  n° Img 505)

 

Ecole Primaire Jean Moulin... depuis 1975. 

Pose de la première pierre, le 25 Octobre 1975,

du groupe scolaire Molinel-Colbras : Ecoles Jean Moulin et Anne Frank,

par Albert Houte Maire d'Halluin.

(Photo Mairie DD 20949  n° Img 506)

 

Située rue Louis Pergaud au Molinel-Colbras, la pose de la 1ère pierre de cette nouvelle école primaire, 12 classes, a eu lieu le 25 octobre 1975. Construite en 1975-1976, elle fonctionne depuis la rentrée scolaire 1976-1977. A cette date, aucun groupe scolaire primaire n'avait été réalisé à Halluin depuis 43 ans !

 

Entrée de l'Ecole Jean Moulin, rue Louis Pergaud Halluin - 2 Octobre 2012.

(Photo DD 20948  n° P1090113)

 

Ecole Primaire Jean Moulin Halluin - 2 Octobre 2012.

(Photo DD 20941  n°  P1090121)

 

A l'entrée, une oeuvre du sculpteur nordiste Eugène Dodeigne.

(Photo DD 20945  n° P1090128)

 

(Photo DD 20942  n+ P1090123)

 

Cour de l'Ecole Jean Moulin attenante

à l'école Maternelle Anne Frank (forme ronde) - 2 Octobre 2012.

(Photo DD 20943  n° P1090125)

 

(Photo DD 20944  n° P1090126)

 

Ecole Jean Moulin au Molinel-Colbras - 2 Octobre 2012.

(Photo DD 20946  n° P1090129)

 

(Photo DD 20947  n° P1090132)

 

Voir aussi : 

Anne Frank 1929 - 1945 (Ecole Maternelle Anne Frank... depuis 1975).

Jean Moulin (1899 - 1943) - Historique.

 

27/5/2014

Commentaire et Photos : Daniel Delafosse

 

(Pour agrandir, cliquez sur le titre principal ci-dessus). 

(DD 20963  n° Img 519)

 

Page spéciale consacrée au Résistant Jean Moulin

par le journal "La Voix du Nord" du 16 Juillet 2002.

 

(DD 20962  n° Img 518)

 

(DD 20964  n° Img 523)

 

(DD 20965  n° Img 522)

 

 

(DD 20978  n° Img 540)

 

Discours du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon.

 

(DD 20966  n° Img 528)

 

Le 19 décembre 1964, en présence du Général de Gaulle, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon.

Il fait glacial. Peu importe. Ce jour-là, André Malraux, alors ministre de la Culture,

prononce un discours que personne n’a oublié. En particulier cette dernière partie :

 

  “(…) Le jour où, au Fort Montluc à Lyon, après l’avoir fait torturer, l’agent de la Gestapo lui tend de quoi écrire puisqu’il ne peut plus parler, Jean Moulin dessine la caricature de son bourreau. Pour la terrible suite, écoutons seulement les mots si simples de sa soeur : “Son rôle est joué, et son calvaire commence. Bafoué, sauvagement frappé, la tête en sang, les organes éclatés, il atteint les limites de la souffrance humaine sans jamais trahir un seul secret, lui qui les savait tous”. 

Comprenons bien que pendant les quelques jours où il pourrait encore parler ou écrire, le destin de la Résistance est suspendu au courage de cet homme. Comme le dit Mlle Moulin, il savait tout. 

Georges Bidault prendra sa succession. Mais voici la victoire de ce silence atrocement payé : le destin bascule. Chef de la Résistance martyrisé dans des caves hideuses, regarde de tes yeux disparus toutes ces femmes noires qui veillent nos compagnons : elles portent le deuil de la France, et le tien. Regarde glisser sous les chênes nains du Quercy, avec un drapeau de mousselines nouées, les maquis que la Gestapo ne trouvera jamais parce qu’elle ne croit qu’aux grands arbres. Regarde le prisonnier qui entre dans une villa luxueuse et se demande pourquoi on lui donne une salle de bain - il n’a pas encore entendu parler de la baignoire. Pauvre roi supplicié des ombres, regarde ton peuple d’ombres se lever dans la nuit de Juin constellée de tortures. Voici le fracas des chars allemands qui remontent vers la Normandie à travers les longues plaintes des bestiaux réveillés : grâce à toi, les chars n’arriveront pas à temps. Et quand la trouée des Alliés commence, regarde, préfet, surgir dans toutes les villes de France les Commissaires de la République - sauf lorsqu’on les a tués. Tu as envié, comme nous, les clochards épiques de Leclerc : regarde, combattant, tes clochards sortir à quatre pattes de leurs maquis de chênes, et arrêter avec leurs mains paysannes formées aux bazookas, l’une des premières divisions cuirassées de l’empire hitlérien, la division Das Reich.

Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d’exaltation dans le soleil d’Afrique et les combats d’Alsace, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé; avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses; avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l’un des nôtres. Entre avec le peuple né de l’ombre et disparu avec elle - nos frères dans l’ordre de la Nuit… 

Commémorant l’anniversaire de la Libération de Paris, je disais : “Ecoute ce soir, jeunesse de mon pays, les cloches d’anniversaire qui sonneront comme celles d’il y a quatorze ans. Puisses-tu, cette fois, les entendre : elles vont sonner pour toi”. 

L’hommage d’aujourd’hui n’appelle que le chant qui va s’élever maintenant, ce Chant des Partisans que j’ai entendu murmurer comme un chant de complicité, puis psalmodier dans le brouillard des Vosges et les bois d’Alsace, mêlé au cri perdu des moutons des tabors, quand les bazookas de Corrèze avançaient à la rencontre des chars de Rundstedt lancés de nouveau contre Strasbourg. Ecoute aujourd’hui, jeunesse de France, ce qui fut pour nous le Chant du Malheur. C’est la marche funèbre des cendres que voici. A côté de celles de Carnot avec les soldats de l’an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu’elles reposent avec leur long cortège d’ombres défigurées. Aujourd’hui, jeunesse, puisses-tu penser à cet homme comme tu aurais approché tes mains de sa pauvre face informe du dernier jour, de ses lèvres qui n’avaient pas parlé; ce jour-là, elle était le visage de la France.”

  

Cérémonie et Discours en totalité d'André Malraux :  

 http://www.youtube.com/watch?v=vZbeMLga6gA  

 

 Tombeau de Jean Moulin au Panthéon.

(Photo DD 24033  n° P1270770) 

  

Courrier des Lecteurs du Journal "La Voix du Nord" le 28 Juillet 2002.

(DD 20967  n° Img 525)

 

 

Récit du Journal "La Voix du Nord"...

 

(Photo DD 20961  n° Img 514)  

 

Tombeau de André Malraux au Panthéon.

(Photo DD 24034  n° P1270771)

 

Lien :  Le conseil National de la Résistance crée le 27 Mai 1943.

 http://alarecherchedupasse-halluin.net/index.php?option=com_content&view=article&id=7476:le-conseil-national-de-la-resistance-en-1943-jean-moulin&catid=12:guerre-39-45&Itemid=221&lang=fr 

 

27/5/2014

Commentaire : Daniel Delafosse 

 

 

  (Pour agrandir, cliquez sur le titre principal ci-dessus).

Le Monument aux Morts, rue de Lille Halluin - 8 Mai 2014.

(Photo DD 20910  n° P1180663) 

 

(Photo DD 20905  n° P1180658)

  

Au 1er plan, la section des jeunes sapeurs-pompiers d'Halluin.

(Photo DD 20903  n° P1180655)

  

Le 69ème Anniversaire de la Victoire...

8 Mai 1945 - 8 Mai 2014.

  

 

Article Nord Eclair du 10 Mai 2014.

(Photo NE DD 20913  n° Img 493)

 

Devant le Monument aux Morts, rue de Lille... Une première : 

pour Gustave Dassonville Maire d'Halluin... 

et les Marins de la Préparation Militaire de Lille - 8 Mai 2014.

(Photo DD 20904  n° P1180656)  

 

Le moment solennel des hymnes français et européen.

(Photo DD 20906  n° P1180659)

 

Gerbes au nom du Conseil Municipal et du Parti Communiste d'Halluin - 8 Mai 2014.

(Photo DD 20909  n° P1180662)

 

Le Cimetière Anglais.... ce 8 Mai 2014.

(Photo DD 20912  n° P1180666)

 

 Le Mémorial aux Morts Cimetière Halluin... ce 8 Mai 2014. 

(Photo DD 20911  n° P1180665)

  

11/5/2014

 Photos : Daniel Delafosse  

10220 2 rp

Comme il est mentionné sur la pancarte, cette photo représente une assemblée des  "requis 1943 Darmstadt".

On peut situer cette photo, après la fin de la guerre 1939-1945.

 

Debout, le 3ème à partir de la gauche : Jérôme Somers. (il porte des lunettes).

Si vous disposez d'autres informations sur cette photo, vous pouvez compléter la rubrique "commentaires" de notre site.

collection : Christiane Meeuros-Somers

(photo n° 10220_2_rp)

10221 2 rp

Cette photo est déjà sur le site, sous les N° 3033 et 3035.

 

Il s'agit de la visite de Maurice Schumann quelques mois après la libération d'Halluin le 06/09/1944.

 

Vous pourrez consulter l'article de Daniel Delafosse, qui commente cette photo.

 

La réédition de cette photo, permet simplement d' ajouter un nom, sans modifier ni altérer l'article de Daniel Delafosse.

 

En plus de Maurice Schumann (chapeau noir), d'Albert Louf (chapeau clair), de Gérard Verkindère (manteau sur le bras), nous pouvons ajouter :

Jérôme Somers, au premier plan, tout à droite de la photo.

(Signe distinctif : Il porte des lunettes)

(collection Christiane Meeuros-Somers)

(photo n° 10221_2_rp)

10219 2 rp

Cette photo "fait suite" à celle déjà publiée sur le site, sous le numéro 3037.

 

Vous pourrez lire à ce sujet l'article publié par Daniel Delafosse, intitulé :

"Visite de M.Schumann après la libération d'Halluin".

 

C'était en 1945, une Cérémonie au monument aux morts, rue de Lille quelques mois après la libération d'Halluin le 06/09/1944.

 

Il s'agit ici d'une photo prise sous un autre angle, et complémentaire au n° 3037.

On peut y reconnaître au premier plan, à gauche de la photo :

le docteur Albert Louf,Maurice Schuman,Henri-France Delafosse....

en face d'eux,à droite de la photo :  Mr Jérôme Somers.

(collection Christiane Meeuros-Somers)

(photo n° 10219_2_rp)


Septembre 1944 - Funérailles d'un résistant.

Photos du cortège funèbre rue de Lille.



JM 363

(photo N° JM 363)


JM 360

(photo n° JM 360)

10837

(photo n° 10837)


JM 667

(photo n° JM 667)



JM 668

(photo n° JM 668)

JM 401

En septembre 1944, à la libération de la ville d'Halluin,

l'ange de la paix du monument aux morts, a été drapé du drapeau tricolore.

opération très risquée en ce moment là. (photo JM 401)

JM 696

idem, photo prise sous un autre angle (photo JM 696)

JM 704

et une autre photo prise pour la circonstance (photo JM 704)

JM 402

(photo n°JM 402)

JM 454

(photo n° JM 454)

JM 706

(photo n° JM 706).

Le 6septembre 1944, libération de la ville d'Halluin, par les troupes britanniques.

Quelques photos relatant cet évènement.

JM 441

Libération d'Halluin en septembre 1944.

Lles soldats britanniques, au cimetière d'Halluin, pour une garde d'honneur.

(photo n° JM 441)